Catégorie

7 – 12 mois

enfants en sécurité avec des animaux de compagnie

Comment garder ses enfants en sécurité avec des animaux de compagnie ?

Ecrit par | 0 – 6 mois, 1 an – 2 ans, 2 ans– 3 ans, 3 ans– 4 ans, 4 ans– 5 ans, 5 ans– 8 ans, 7 – 12 mois, 9 ans– 11 ans, Enfant, JE PROTEGE | Aucun commentaire

Animal de compagnie et enfant peuvent-ils cohabiter ? Cette question occupe souvent l’esprit des propriétaires d’animaux. Alors, la réponse est oui. À condition que vous preniez quelques précautions au niveau de la sécurité. Pour garder ses enfants en sécurité avec des animaux de compagnie, voici quelques astuces que vous pouvez adopter à la maison !

 

Votre enfant est-il prêt à cohabiter avec un animal de compagnie ?

C’est la première question que vous devez poser ! Certes, un animal contribue au bon développement d’un enfant. Il lui apprend notamment l’amour, la responsabilité et la propreté. Toutefois, vous devez tenir compte de plusieurs critères avant d’adopter un animal de compagnie ou de le laisser s’approcher de votre tout petit.

  • Comment a-t-il réagi en présence d’un animal d’un autre membre de votre famille ou de votre voisin ? Avait-il peur ou au contraire, a-t-il craqué pour ce petit compagnon ?
  • Votre enfant présente-t-il des allergies aux poils ou à la salive lorsqu’il est au contact avec les animaux ? Pour le connaître, n’hésitez pas à faire un bilan allergologique. Si l’allergie est significative, il faut malheureusement ne pas adopter ou bien se séparer de l’animal domestique et le donner à une autre famille d’accueil.
  • Avez-vous suffisamment d’espace pour garder un chien ou un chat dans une pièce différente lorsque vous serez absent ?

Tenir compte du caractère de l’animal

Considérez également le caractère de votre enfant, car le choix d’un animal de compagnie en dépend ! Pour les chiens, ils sont plus patients aux facéties des tout-petits, mais attention à la race de chiens. Par exemple, les chiens à face aplatie comme les bouledogues et les chiens de chasse sont souvent moins agressifs que les chiens de berger ou les dobermans.

Toutefois, sachez que le caractère du chien est généralement déterminé par son éducation. Voilà pourquoi je vous conseille de demander à un vétérinaire les règles d’éducation à apprendre à votre chien.

Vous pouvez également adopter un chat, mais penser à apprendre à votre enfant de respecter son indépendance et de connaître les signes d’agacement de ce compagnon à quatre pattes. Notez bien que les réactions d’un chat sont plus faciles à prévoir que celles d’un chien !

Quant aux rongeurs, je vous conseille d’orienter votre choix vers le chinchilla ou le cochon d’Inde. Ils sont plus affectueux que les lapins ou les hamsters. Ces derniers ont tendance à griffer et à mordre facilement.

Si vous prévoyez d’adopter des oiseaux, ayez l’habitude de garder vos pigeons ou vos perroquets à une certaine distance de votre bébé ou de votre enfant. Surtout lorsque vous nettoyez leur cage. En effet, ces oiseaux peuvent facilement causer des infections respiratoires chez les jeunes.

Et si vous prévoyez d’adopter des animaux d’espèces domestiques ou non domestiques, pensez à demander un certificat de capacité pour être en règle vis à vis de la loi, mais aussi pour connaître les gestes de sécurité de base.

Apprendre les règles de sécurité pour garder ses enfants en sécurité avec des animaux de compagnie

Comme énoncé plus haut, il faut respecter certaines règles de base pour éviter les risques de morsures et de griffures et donc garder ses enfants en sécurité avec des animaux de compagnie. Par exemple :

  • Il ne faut jamais laisser votre bébé ou votre enfant seul avec votre animal de compagnie ;
  • Lorsque bébé dort dans sa chambre, n’oubliez pas de fermer la porte et d’interdire l’animal de dormir avec lui ;
  • Vous devez apprendre à votre enfant d’éviter les gestes brusques envers l’animal (ne pas grimper sur l’animal, ne pas tirer sa queue, ne jamais le frapper, etc.)
  • Idem, vous devez aussi lui apprendre à respecter les animaux lorsqu’ils mangent ou lorsqu’ils dorment. Un animal de compagnie n’est pas un jouet !
  • Essayer de comprendre et d’apprendre à votre enfant le langage des chiens ou des chats, les signes d’agacement, de tristesse ou de colère d’un animal (la posture, les mouvements de la queue, la position des oreilles, etc.)
  • Pensez également à respecter le calendrier vaccinal de votre animal chez le vétérinaire ;
  • Ne négligez surtout pas les règles d’hygiène de l’animal en nettoyant régulièrement son espace (litière, cage, récipient contenant sa nourriture, etc.)

Cette liste est loin d’être exhaustive ! Si vous et votre enfant, vous voulez apprendre les règles de sécurité pour vivre avec des animaux de compagnie, vous pouvez suivre une séance en ligne pendant laquelle je vous expliquerai toutes les techniques essentielles à retenir. Et plus important encore, je peux également vous accompagner sur les astuces pratiques en cas de griffure ou de morsure. Généralement, lorsqu’un enfant a été mordu ou griffé, il faut désinfecter rapidement la plaie avec de l’eau savonneuse et consulter un médecin en cas de blessure grave.

Formation premiers secours

Formation premiers secours enfant en famille à Toulouse

Ecrit par | 3 ans– 4 ans, 4 ans– 5 ans, 5 ans– 8 ans, 7 – 12 mois, 9 ans– 11 ans, Enfant | Aucun commentaire

Je suis Amandine, une formatrice SST diplômée et agréée d’État en secourisme et en même temps une maman d’un petit garçon. Je vous propose une formation premiers secours enfant en famille à Toulouse. En effet, je suis moi-même convaincue que tout le monde peut être témoin d’un accident. Pourquoi apprendre les gestes de premiers secours aux enfants ? Quels avantages d’apprendre ces gestes et réflexes en famille ? Que pouvez-vous apprendre au cours des formations que je donne à Toulouse ?

 

Initiation au secourisme pour les petits : les avantages

J’insiste toujours sur le fait que n’importe qui peut être le témoin d’accidents de la vie courante. Pour éviter les accidents mortels et sauver des vies, je conseille d’apprendre les gestes qui sauvent dès le plus jeune âge. Se former aux premiers secours permet aux enfants de donner directement l’alerte en cas d’accidents domestiques. Suite à une formation spécialement pensée pour apprendre à porter secours à une victime, les tout-petits peuvent appliquer tous les gestes nécessaires en situation d’alerte. Durant les sessions de formation, je donne notamment des cours sur comment réagir en cas de perte de connaissance, de brûlures ou encore de saignement. Je vais également aborder le sujet sur quand et comment contacter les sapeurs-pompiers ainsi que sur l’importance de ce geste pour une victime inconsciente.

 

Apprendre les premiers secours en famille, une aubaine à saisir

Le secours des personnes peut parfaitement s’apprendre en famille. D’ailleurs, je conseille vivement cette option si vos enfants sont encore petits. Un bon nombre de gestes (massage cardiaque, bouche-à-bouche, appel des pompiers…) peut être réalisé en sauvetage. Il est beaucoup plus facile pour l’enfant de les assimiler lorsqu’il est en présence de ses parents et pourquoi pas de toute sa fratrie. Par ailleurs, au cours de mes expériences, j’ai constaté que les enfants apprennent beaucoup mieux lorsque l’initiation au secourisme est ludique et surtout lorsqu’il peut la partager avec ses proches.

 

L’âge idéal pour suivre une formation premiers secours à Toulouse

L’apprentissage des gestes de premiers secours peut se faire dès l’âge de 3 ans selon la Croix Rouge. Et je suis entièrement d’accord. Plus l’enfant est jeune, plus l’apprentissage est facile. En situation d’urgence, vos bouts de chou peuvent sauver des vies. Et cela, rien qu’en sachant appeler les urgences.

Susie, une petite fille de 3 ans de Northumbrie, en Angleterre a sauvé la vie de sa maman ayant subi une violente crise d’allergie. Ce qu’elle a fait ? Elle a contacté les secours spécialisés du 112. Puis, elle a suivi toutes les instructions de l’équipe de secouriste jusqu’à l’arrivée des secours.

Si vous aussi, vous souhaitez que votre loulou fasse une initiation aux premiers secours dès son plus jeune âge, je peux vous apporter mon aide à Toulouse. N’hésitez pas à contacter l’école pour en connaitre davantage sur nos formations. Et pour bien préparer votre bambin, vous pouvez vous aider de l’article sur « comment parler de sécurité avec son enfant ? ».

 

gestes qui sauvent les bébés et les enfants

Apprendre les gestes qui sauvent les bébés et les enfants à Marseille

Ecrit par | 0 – 6 mois, 1 an – 2 ans, 2 ans– 3 ans, 3 ans– 4 ans, 4 ans– 5 ans, 5 ans– 8 ans, 7 – 12 mois, 9 ans– 11 ans, Enfant | Aucun commentaire

Face aux accidents de la vie courante et tous les éventuels risques pour bébé, il est normal de se sentir angoissé. Entre parents, on se comprend. Cependant, pour pouvoir être capable d’apporter un secours en situation d’urgence, vous ne devez jamais vous laisser submerger par vos émotions et tout de suite adopter les bons réflexes. Et si cela vous semble difficile, je suis là pour vous aider. Pour apprendre les gestes qui sauvent les bébés et les enfants à Marseille, vous pouvez suivre mon programme de formation premiers secours.

 

Gestes qui sauvent les bébés et les enfants : à qui s’adressent nos formations ?

Notre école de secourisme rassemble des mamans secouristes ayant pour objectif de diminuer le nombre d’accidents domestiques autant que possible et de diminuer leurs gravités lorsqu’ils surviennent. Les formations aux premiers secours que nous proposons dans la ville marseillaise s’adressent à tous les parents et futurs parents, aux grands-parents ainsi qu’à toutes personnes amenées à s’occuper des tout-petits.

Ces dernières concernent principalement les baby-sitters, les nounous et peut-être même les grands frères et sœurs. En ayant suivi une formation, vous pouvez mieux gérer les situations de danger comme la brûlure, l’étouffement, la plaie, le bleu, le choc, la chute…

 

Comment se déroule une formation en premiers secours Marseille ?

Pendant l’apprentissage, vous allez être amené à apprendre un bon nombre de gestes pour éviter les incidents mortels chez le nourrisson et l’enfant. Pour vous imprégner de l’apprentissage, vous allez exercer sur un mannequin de secourisme. Les mises en situation sont spécialement pensées pour vous permettre de savoir exactement comment réagir.

Massage cardiaque, bouche-à-bouche et autres gestes d’urgence vont être mis en exergue pendant le cours. Puis, à la fin de la formation aux gestes de premiers soins exposée par notre maman sauveteur-secouriste à Marseille, vous allez bénéficier d’une attestation de formation. Celle-ci vous permet de toujours vous rappeler que vous êtes bel et bien capable de faire les bons gestes qui sauvent les bébés et les enfants en danger.

 

Pourquoi apprendre les gestes qui sauvent les bébés et les enfants ?

Maîtriser les techniques de prévention des risques est très important. Surtout lorsque vous avez des enfants à la maison. En effet, les bouts de chou sont très actifs et les accidents de la vie sont surtout fréquents chez nos bambins. Il est judicieux de suivre des formations aux premiers secours. Par ailleurs, je les conseille vivement si vous n’avez pas encore d’expérience avec les bébés. Cela vous permet de connaitre les gestes simples qui peuvent éviter les catastrophes et sauver des vies.

En effet, suivre une formation vous permet aussi de réaliser les gestes avec calme et en évitant le stress. En effet, avec une formation de base, vous pouvez connaitre tous les risques possibles en amont de leur déroulement.

 

Que faire en cas d’accident ?

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de suivre une formation spécialisée pour donner les premiers soins, vous pouvez être en panique. Or, cela risque d’empirer les choses. Dans ce cas précis, je vous conseille de respirer un bon coup, puis d’alerter les secours. Les sapeurs-pompiers et les personnels médicaux sont les plus en mesure d’examiner la victime et de la secourir. En attendant, il faut appliquer les gestes de premiers secours :

  • Sécuriser le lieu de l’accident (d’autre danger supplémentaire peut se présenter : incendie, circulation, électricité…)
  • Vérifier l’état de la victime (est-elle consciente ? Respire-t-elle toujours ?)
  • Appliquer les gestes de premiers secours de manière calme et non précipitée (c’est au cas par cas : étouffement, arrêt cardiaque, saignement, inconscience, etc.)

En effet, la Croix Rouge recommande vivement les formations de secouriste aux parents et futurs parents. Plus vous connaissez les premiers gestes à adopter selon le cas de la victime, plus ses chances de survie augmentent !

enfant a avalé un objet 

Que faire si votre enfant a avalé un objet ?

Ecrit par | 0 – 6 mois, 1 an – 2 ans, 2 ans– 3 ans, 3 ans– 4 ans, 7 – 12 mois, Ingestions , inhalations | Aucun commentaire

La maternité est un moment magique. Cependant, depuis que je suis devenue maman, je vous avoue que mon quotidien n’est plus de tout repos. La période de la découverte des objets a été un moment assez stressante pour moi. Entre les chutes, les cognements, les crises de pleurs pour un rien… il est tellement agréable de retrouver un peu de calme. Cependant, le trop calme peut être le signe d’une grosse bêtise lorsqu’on a des jeunes enfants chez soi. C’est peut-être même le signe qu’il est en train d’avaler quelque chose. Comment savoir si votre enfant a avalé un objet et comment réagir ? Mes astuces de maman secouriste dans les lignes qui suivent !

 

Quelques symptômes pour savoir si votre enfant a avalé un objet

À titre d’information, l’ingestion de petits objets non coupants n’est pas bien grave. En effet, ils peuvent traverser facilement le tube digestif. La seule conséquence de cet acte, c’est que l’enfant peut ressentir une gêne au niveau de son cou pendant quelques heures.

Ingérer un corps étranger, surtout s’il est pointu ou coupant, est toute autre chose. Cela peut occasionner des douleurs abdominales, des douleurs à la poitrine, des maux de ventre et une difficulté à respirer. Si vous ne vous êtes pas tout de suite aperçu que loulou a avalé quelque chose, quelques signes peuvent vous mettre en alerte.

Par exemple, si l’enfant a de la fièvre, s’il a perdu l’appétit, s’il se plaint de brûlure à l’estomac, s’il a peur de mâcher ou s’il présente des ballonnements et des vomissements, votre doute est peut-être fondé. Pour en avoir le cœur net, je vous conseille de vous rendre dans un centre hospitalier le plus proche ou au service pédiatrie.

 

Les objets à tenir hors de la portée des enfants

Si vous avez un enfant de deux ans ou ayant l’âge d’ingurgiter soudainement un objet quelconque, je vous conseille vivement de rester vigilant. En plus de ne jamais laisser le tout-petit sans surveillance, vous devez impérativement ranger tous les objets qu’il risque de mettre dans la bouche au risque de subir une obstruction des voies respiratoires, une asphyxie ou un étouffement.

Je profite également de cette occasion pour vous rappeler que les produits dangereux sont à tenir hors de la vue de vos enfants. Les objets les plus souvent avalés sont notamment les pièces de monnaie, le bouchon d’une bouteille, les piles boutons, le chewing-gum, les graines, les bonbons, les fragments de jouet pour chien, arête de poisson…

 

Les moyens de prévenir les ingestions d’objet

Vous pouvez parfaitement éviter que votre enfant avale quelque chose et se voie faire des visites aux urgences. Il vous suffit de faire plus attention au jouet avec lequel il s’amuse. Celui-ci doit être adapté à son âge. Aussi, il est essentiel de le surveiller lorsqu’il prend ses repas. Et enfin, vous devez éviter de laisser les petits objets à sa disposition autant que possible.

 

Les gestes à adopter lorsqu’un enfant a avalé un objet

Si un nourrisson ou un tout-petit d’à peine 18 mois ne sachant pas encore s’exprimer vient de déglutir ledit objet, vous n’avez pas d’autre choix. Il vous faut impérativement vous rendre aux urgences. Chez les plus grands, pas de panique.

Vous devez tout simplement le maintenir assis afin qu’il puisse vous décrire les corps étrangers avalés. Pour déloger l’objet, vous pouvez le faire pencher en avant pour qu’il puisse le cracher, l’encourager à tousser et l’inciter à vomir. Sinon, vous pouvez aussi maintenir sa mâchoire ouverte en le faisant mordre un bouton de liège puis retirer délicatement l’objet avec vos doigts.

Quelques secondes suffisent à obstruer les voies aériennes de votre enfant. Pour écarter le danger d’étouffement et savoir quoi faire lorsque la situation se présente, je vous invite à suivre une formation aux premiers secours dans mon école de secourisme. Avoir suivi une formation spécialisée vous permet d’avoir plus d’assurance et de limiter les accidents domestiques de ce genre.

étouffement chez le bébé ou l’enfant 

Que faire en cas d’étouffement chez le bébé ou l’enfant ? Formation premiers secours pédiatrique à Aix en Provence

Ecrit par | 0 – 6 mois, 1 an – 2 ans, 2 ans– 3 ans, 3 ans– 4 ans, 4 ans– 5 ans, 5 ans– 8 ans, 7 – 12 mois, Étouffements, strangulations | Aucun commentaire

Le risque d’étouffement est assez élevé chez les nourrissons et même chez les enfants plus âgés. Il s’agit d’un accident de la vie qui peut survenir à tout moment, surtout au moment du repas et de l’apéritif. Pour ne pas craindre le pire lorsque votre enfant est en train de s’étouffer et savoir exactement comment réagir, je vous conseille ma formation aux premiers secours pédiatrique à Aix en Provence. À la suite de cette formation de secourisme, vous allez être capable de mieux gérer cette situation d’urgence, sauver la vie de votre petit bébé d’amour et également celui des autres. Mais en attendant, que faire en cas d’étouffement chez le bébé ou l’enfant ?

 

Les principales causes de l’étouffement chez le bébé ou l’enfant

Avant de vous parler des gestes de premiers secours en cas de danger d’étouffement chez les tout-petits, je trouve qu’il est essentiel de vous parler des causes probables d’une telle situation. C’est souvent l’ingestion des aliments ou de corps étrangers en pleine action (rire, course, marche,etc.) qui est à l’origine des blocages dans les voies respiratoires. À titre informatif, plus de 70 % des petits objets coincés dans les voies aériennes se produit chez les enfants, notamment les moins de 3 ans.

Dans le cas où les poumons ne reçoivent plus assez d’oxygène, les séquelles peuvent parvenir jusqu’au cerveau. D’où la nécessite de prendre immédiatement des précautions et appeler les secours au plus vite. Néanmoins, dans la majorité des cas, il suffit à l’enfant de tousser pour retrouver sa respiration et éliminer les aliments solides ayant engendré un étranglement.

 

Les gestes pour sauver les bébés qui s’étouffent

Un enfant qui s’étouffe, c’est toujours une source d’angoisse. Cependant, pour éviter toutes complications, je vous conseille vivement de garder votre calme. Afin d’extraire l’objet ou l’aliment qui a causé l’accident (bonbons durs, chewing-gum, petites pièces…), la toux peut suffire. S’il respire bien et qu’il parvient à tousser, il est inutile de lui donner une claque dans le dos. Cependant, vous devez le surveiller de près pendant les prochaines heures afin d’anticiper toute situation qui s’aggrave. Que faire s’il ne tousse pas ou ne parvient pas à respirer correctement ?

Vous devez immédiatement vous agenouiller et placer votre bras en travers de sa poitrine pour pouvoir lui donner 5 tapes fermes entre ses omoplates. Pour les 12 mois et plus, vous pouvez reproduire les mêmes gestes d’urgence jusqu’à ce qu’il tousse et respire. Si la victime est inconsciente, vous devez tout de suite alerter les secours. Une réanimation cardio respiratoire, un bouche-à-bouche ou encore un massage cardiaque sont aussi envisageables si la situation évolue, dans le cas où l’enfant ne répond plus et ne respire plus.

 

Les moyens d’écarter tout risque d’étouffement

Pour apprendre les techniques de prévention des étouffements du nourrisson et des jeunes enfants, je vous conseille vivement de vous faire coacher dans une école de secourisme agréée. Ainsi, vous pourrez être en mesure de limiter les risques au maximum. Si cela vous intéresse, je forme des parents et des futurs parents aux premiers gestes de secours depuis 2015.

Pendant les formations, je vous propose une mise en situation et des pratiques détaillées avec des mannequins. Aujourd’hui, avec des mamans secouristes et formatrices comme alliées, les formations peuvent être réalisées à Aix-en-Provence. Une raison de plus pour participer aux ateliers. Sinon, les bons gestes comme éviter de laisser bébé sans surveillance ou s’amuser avec un jouet inadapté à son âge peuvent sauver.

Quelques secondes d’étranglement peuvent être fatales pour votre bout de chou. Afin de réduire les risques, je vous encourage à vous documenter davantage pour connaitre d’autres gestes simples à adopter en cas de panique. Vous pouvez tout aussi vous aider de mon article sur les gestes qui sauvent les bébés et les enfants.

chute de l'enfant

Que faire en cas de chute de bébé ?

Ecrit par | 0 – 6 mois, 7 – 12 mois, Enfant, J'ALERTE, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

Juste un petit moment d’inattention, et boom, bébé est tombé de la table à langer ou de sa poussette ! C’est la panique, parce que nous, parents, ne savons pas quoi faire, comment réagir, faut-il l’emmener aux urgences. Voici les bons réflexes à avoir en cas de chute de bébé.

 

Garder son calme en tout temps

 

Lorsqu’un bébé commence à se retourner ou à ramper, il lui arrive souvent de faire une chute, que ce soit dans sa chambre ou dans d’autres pièces de la maison. Ce qui arrive d’habitude au moment de changer sa couche : juste le temps de vous retourner pour mettre la couche sale à la poubelle et il se trouve par terre, la tête tombée en première. C’est tout à fait normal d’avoir peur à ce type de chute.

Dans la grande majorité des cas, à moins de 8 mois, il est rare que la chute sur la tête entraîne un traumatisme crânien chez un nourrisson. À cet âge, bébé a une tête bien solide et élastique écartant ainsi les dommages d’une chute grave. Tout de même, il peut avoir de l’hématome ou d’autres blessures. Certaines sont bénignes qu’il est inutile de vous inquiéter, d’autres sérieuses. Encore une fois, il faut savoir prendre votre calme afin d’évaluer la situation.

 

Bien réagir à la chute de bébé

 

D’accord, la première chose à faire est d’évaluer les symptômes. Comment ? Il faut examiner les signes de blessures. Du coup, même si vous êtes sous le choc, ne prenez pas immédiatement votre bébé dans les bras. Évitez aussi de le secouer au risque d’aggraver les choses, surtout s’il a un membre cassé après la chute.

C’est évident que la violence du choc n’est pas pareille si votre bambin est tombé sur du carrelage ou sur de la moquette. Voici les symptômes qui peuvent apparaître à la suite d’une chute de bébé :

  • Même si votre bébé est conscient après être tombé, même s’il ne présente aucune blessure apparente, continuez à surveiller de plus près. Des heures ou des jours qui suivent l’accident, des signes d’alerte peuvent survenir. En cas de pleurs incontrôlés, vomissements, somnolence ou encore convulsions, il ne faut pas attendre pour aller aux urgences.

 

  • Votre bébé a perdu connaissance pendant un petit moment. Après, il reprend ses comportements normaux. Même s’il a l’air bien, il est recommandé de voir un médecin.

 

  • Votre petit chéri a du mal à bouger une jambe ou un bras ou alors il fait un mouvement anormal. Dans ce cas, il faut le prendre sous la tête avec précaution, en tenant bien son bassin et ses membres. Il est nécessaire d’appeler les urgences pédiatriques, notamment le Samu qui peut vous conseiller s’il est nécessaire de faire immédiatement un scanner.

 

C’est tellement dur de gérer un accident domestique. La prévention est le meilleur moyen de limiter les chutes de bébé. Ne laissez jamais votre petit loup seul sans surveillance lorsqu’il est sur un lit d’adulte ou sur le canapé. Tenez-le d’un bras s’il se trouve sur la table à langer, sinon mettez-le au sol, c’est plus sécuritaire. Si vous avez les moindres doutes, nous sommes en mesure de vous proposer des accompagnements personnalisés pour ne plus vous inquiéter en cas d’accident.

 

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

QUI APPELER EN CAS D’URGENCE POUR MON BÉBÉ OU MON ENFANT ?

Photo de Dominika Roseclay provenant de Pexels
DME bébé

Comment pratiquer la diversification menée par l’enfant (DME) en toute sécurité

Ecrit par | 7 – 12 mois, Enfant | Aucun commentaire

D’une manière générale, la diversification alimentaire commence lorsque bébé a plus de 5 mois. Dans la grande majorité des cas, les parents proposent à leur enfant de déguster des pots de purées ou de compotes toutes lisses avec une cuillère. Cependant, il y a une autre méthode pour amener bébé à manger des aliments plus solides. Il s’agit bien sûr de la DME ou Diversification Menée par l’Enfant.

Comment pratiquer la diversification menée par l’enfant (DME) en toute sécurité?

 

Avec cette nouvelle méthode, votre enfant aura l’opportunité de découvrir par lui-même le goût et la composition d’un fruit ou d’un légume par exemple. Mais plus exactement, c’est quoi la diversification menée par l’enfant ? Comment faire pour pratiquer la DME en toute sécurité ? C’est ce que nous allons essayer de voir dans cet article.

C’est quoi la diversification menée par l’enfant (DME) ?

La DME est une véritable révolution en matière d’apprentissage chez les bébés ayant moins d’un an. Appelée également diversification consciente ou autonome, cette méthode consiste à diversifier la nutrition d’un bébé à partir de 6 mois. Pour cela, on ne lui donne plus des compotes de fruits ou des purées de légumes en petits pots.

Au contraire, on lui propose de manger de son propre gré des aliments solides comme des fruits et légumes crus, des viandes cuites, etc. Votre tout petit pourra ainsi manger lui-même de gros morceaux d’aliments en les prenant par ses mains et en les suçant ou en les rongeant selon ses envies. Ce moyen de diversification permettra entre autres d’améliorer la motricité de votre enfant et de lui faire découvrir les différentes sortes d’aliments.

De cette façon, votre enfant pourra distinguer le goût de chaque aliment et reconnaitre leurs textures. Cela lui permettra également à devenir plus autonome dans sa consommation d’aliments. Autrement dit, c’est à l’enfant de décider ce qu’il veut déguster parmi les nourritures que vous lui proposerez. Il devra se nourrir tout seul selon ses propres ressentis. Il pourra ainsi évoluer à sa propre vitesse.

Proposer à bébé des aliments nutritifs, équilibrés et sans danger

Avec l’adoption de la DME, bébé commence à manger tout seul et de manière indépendante. Vous devrez donc essayer de lui faire manger de la nourriture saine et bien nutritive. Au commencement de la DME, nous vous conseillons d’éviter de proposer à votre tout-petit des nourritures grasses et difficiles à absorber.

Au tout début de la DME, vous pouvez commencer à donner à votre enfant des légumes de saison cuits à la vapeur comme les carottes, les brocolis, etc. Vous pourrez utiliser un filet d’huile de votre choix pour la cuisson. Dès qu’il aura 7 mois, vous pourrez introduire petit à petit des céréales sans gluten comme le riz, le quinoa, etc.

Lorsqu’il aura 8 mois, vous pourrez introduire les protéines animales (viande, poisson, etc.) et les lui donner en petits morceaux. Il vous est également possible de lui faire déguster du produit laitier comme du fromage découpé en gros morceaux par exemple. Vous pourrez lui faire manger des fruits mûrs. Vous pourrez introduire les préparations comme les crêpes et le pain.

Choisir des aliments de bonnes tailles pour prévenir les risques d’étouffement

Nombreux sont les bénéfices à opter pour la diversification menée par l’enfant. Mais il existe quelques risques qu’il faudrait prendre en compte comme l’étouffement par exemple. Lorsque vous pratiquez la DME pour la première fois, vous devrez prendre en compte les capacités de votre enfant.

À six mois, votre tout petit ne sait pas encore mâcher ou mastiquer. Il devra apprendre à utiliser ses mains pour prendre la nourriture et le mettre dans sa bouche. Vous devrez donc faire en sorte que l’aliment soit suffisamment gros pour qu’il puisse l’attraper sans trop de difficulté. Pour cela, il est recommandé de lui donner des aliments un peu plus grands que son poing.

Avec le temps, lorsqu’il sera plus habitué à déguster des aliments suffisamment grands, vous pouvez lui donner de la nourriture de différentes dimensions. Pour une meilleure sécurité de votre enfant, vous devrez toujours faire en sorte de ne pas lui offrir des aliments de même grandeur que sa voie respiratoire.

Installer bébé de manière sécuritaire pendant le repas

Avant de débuter la DME, il faudra avant tout que bébé arrive à s’assoir et à maintenir cette position pendant un certain laps temps. Il devra être assis le dos bien droit. Pour cela, vous devrez le mettre dans un fauteuil assez haut de manière à ce qu’il puisse avoir les coudes libres pour mieux bouger ses bras.

Il faudrait également s’assurer que bébé soit bien éveillé avant de déguster des aliments. Tout au long du repas, vous devrez toujours le surveiller et rester non loin de lui. Autant que possible, évitez toutes sortes de divertissement (TV, Smartphone, jeux, etc.) et préférez un environnement assez tranquille. Pensez à éloigner tous les objets que votre enfant pourrait avaler.

Essayer de faire confiance à votre enfant

Nombreux sont les parents qui s’inquiètent de savoir si leur enfant risque de suffoquer durant le processus de DME. Mais en réalité, le risque est toujours là, même si vous le nourrissez vous-même. En effet, le fait de faire manger votre bébé à la cuillère ne lui permet pas de développer sa capacité à mastiquer.

Au contraire, il va juste avaler les aliments sans les mâcher et le risque d’étouffement sera encore plus grand. Pour assurer son développement moteur et cérébral, votre enfant a besoin d’une certaine autonomie. D’ailleurs, les enfants de moins d’un an ont un excellent réflexe de régurgitation. Dans le cas où un aliment peu mastiqué s’approche trop près de sa gorge, il sera automatiquement expulsé par ce réflexe.

Si vous avez besoin d’aide à initier votre tout petit à la DME en toute sécurité, l’École de secourisme propose des formations qui s’adressent à la fois aux parents et aux enfants. Contactez-nous pour plus d’informations.

Photo de Yan provenant de Pexels

Apprenez les gestes de premiers secours adaptés aux bébés

Ecrit par | 0 – 6 mois, 7 – 12 mois, Enfant, JE SAUVE | Aucun commentaire

Apprenez les gestes de premiers secours adaptés aux bébés.

 

De nombreux parents se trouvent démunis face aux urgences, vitales ou ressentis. Pourtant, de gestes simples peuvent sauver une vie, celle de son enfant ou celle des autres. Ces gestes de premiers secours s’apprennent.

 

Quels sont les gestes de premiers secours à connaître lors que nous sommes jeunes parents ?

Les quatre gestes à connaître en priorité sont les gestes à utiliser en cas d’urgence vitale:

  • Un bébé s’étouffe totalement
  • Une petite victime est inconsciente et respire
  • Un nourrisson est inconscient et ne respire pas
  • Un bébé saigne abondamment

 

Tout d’abord, l’étouffement total. Les secours mettent environ 12 minutes, en France, avant d’arriver après la réception de l’alerte. Un enfant qui présente une obstruction des voies aériennes ne peut attendre 12 minutes avant d’être secouru. Ce sera vous, le premier maillon de la chaîne des secours, à intervenir.

Par ailleurs, la deuxième urgence vitale est l’arrêt cardiaque. Un enfant sera inconscient et ne respirera plus. Ceci peut se produire suite à une noyade, un intoxication ou pour une autre raison. Il faudra alerter le plus rapidement les secours. Et intervenir immédiatement. Chaque seconde compte. Un nourrisson pris en charge immédiatement pourra avoir aucune séquelle par la suite.

La troisième urgence vitale concerne l’inconscience. Un bébé inconscient qui respire devra être mis sur  le côté pour dégager les voies aériennes en attendant les secours. Cette position permettra à tous les liquides de s’écouler sur le côté par la bouche.

Enfin, les saignements abondants d’un bébé, ou hémorragie, sont signes de gravité. Le geste de premiers secours est la compression. Il va falloir agir immédiatement et arrêter le saignement. 250 millilitres de sang circulent dans le corps d’un nourrisson. 3 litres dans le corps d’un enfant.

Quelles autres situations doit-on connaître lors qu’on a un bébé ?

D’autres situations peuvent arriver telles que les convulsions fébriles, les spasmes du sanglot, les brûlures, les intoxications ou d’autres accidents de la vie courante.

 

Où se former à Marseille et dans les Bouches du Rhône ?

Des initiations vous sont proposées à Marseille et Aix en Provence sur notre site www.lecoledesecourisme.com. Ces initiations ont pour objectif de vous initier aux gestes de premiers secours. Par la suite, vous aurez la possibilité de vous entraîner quand vous le souhaitez grâce à des sessions de recyclages/ approfondissement proposées régulièrement.