Catégorie

JE PROTEGE

chute de l'enfant

Que faire en cas de chute de bébé ?

Ecrit par | 0 – 6 mois, 7 – 12 mois, Enfant, J'ALERTE, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

Juste un petit moment d’inattention, et boom, bébé est tombé de la table à langer ou de sa poussette ! C’est la panique, parce que nous, parents, ne savons pas quoi faire, comment réagir, faut-il l’emmener aux urgences. Voici les bons réflexes à avoir en cas de chute de bébé.

 

Garder son calme en tout temps

 

Lorsqu’un bébé commence à se retourner ou à ramper, il lui arrive souvent de faire une chute, que ce soit dans sa chambre ou dans d’autres pièces de la maison. Ce qui arrive d’habitude au moment de changer sa couche : juste le temps de vous retourner pour mettre la couche sale à la poubelle et il se trouve par terre, la tête tombée en première. C’est tout à fait normal d’avoir peur à ce type de chute.

Dans la grande majorité des cas, à moins de 8 mois, il est rare que la chute sur la tête entraîne un traumatisme crânien chez un nourrisson. À cet âge, bébé a une tête bien solide et élastique écartant ainsi les dommages d’une chute grave. Tout de même, il peut avoir de l’hématome ou d’autres blessures. Certaines sont bénignes qu’il est inutile de vous inquiéter, d’autres sérieuses. Encore une fois, il faut savoir prendre votre calme afin d’évaluer la situation.

 

Bien réagir à la chute de bébé

 

D’accord, la première chose à faire est d’évaluer les symptômes. Comment ? Il faut examiner les signes de blessures. Du coup, même si vous êtes sous le choc, ne prenez pas immédiatement votre bébé dans les bras. Évitez aussi de le secouer au risque d’aggraver les choses, surtout s’il a un membre cassé après la chute.

C’est évident que la violence du choc n’est pas pareille si votre bambin est tombé sur du carrelage ou sur de la moquette. Voici les symptômes qui peuvent apparaître à la suite d’une chute de bébé :

  • Même si votre bébé est conscient après être tombé, même s’il ne présente aucune blessure apparente, continuez à surveiller de plus près. Des heures ou des jours qui suivent l’accident, des signes d’alerte peuvent survenir. En cas de pleurs incontrôlés, vomissements, somnolence ou encore convulsions, il ne faut pas attendre pour aller aux urgences.

 

  • Votre bébé a perdu connaissance pendant un petit moment. Après, il reprend ses comportements normaux. Même s’il a l’air bien, il est recommandé de voir un médecin.

 

  • Votre petit chéri a du mal à bouger une jambe ou un bras ou alors il fait un mouvement anormal. Dans ce cas, il faut le prendre sous la tête avec précaution, en tenant bien son bassin et ses membres. Il est nécessaire d’appeler les urgences pédiatriques, notamment le Samu qui peut vous conseiller s’il est nécessaire de faire immédiatement un scanner.

 

C’est tellement dur de gérer un accident domestique. La prévention est le meilleur moyen de limiter les chutes de bébé. Ne laissez jamais votre petit loup seul sans surveillance lorsqu’il est sur un lit d’adulte ou sur le canapé. Tenez-le d’un bras s’il se trouve sur la table à langer, sinon mettez-le au sol, c’est plus sécuritaire. Si vous avez les moindres doutes, nous sommes en mesure de vous proposer des accompagnements personnalisés pour ne plus vous inquiéter en cas d’accident.

 

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

QUI APPELER EN CAS D’URGENCE POUR MON BÉBÉ OU MON ENFANT ?

Photo de Dominika Roseclay provenant de Pexels

Le lit Montessori en toute sécurité

Ecrit par | 0 – 6 mois, 1 an – 2 ans, 2 ans– 3 ans, 3 ans– 4 ans, A l'intérieur de la maison, Enfant, JE PROTEGE | Aucun commentaire

Votre bébé aime dormir. En effet, il a besoin d’une bonne quantité de sommeil pour grandir correctement. Vous devez ainsi lui aménager un espace lui permettant de se mettre en confiance et de dormir plus facilement. C’est l’une des raisons qui ont poussé Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne à étudier le comportement de l’enfant.

Selon elle, l’enfant a besoin d’une certaine indépendance pour bien se développer. Elle a ainsi créé une méthode consistant à aménager une chambre respectant certaines règles. En dormant sur un lit Montessori (lit posé au sol), votre petit aventurier deviendra plus autonome. Voyons donc comment un lit Montessori peut apporter plus de sécurité pour votre tout petit, à condition de respecter certaine règles de sécurité.

 

Un lit Montessori : c’est quoi  ?

 

Brièvement, le lit Montessori est un modèle de lit qui est posé directement sur le sol. Il a été mis au point par l’éducatrice italienne Maria Montessori suite à son analyse sur l’habitude comportementale des tout-petits. Ce type de lit pourrait effectivement favoriser le développement moteur et mental de l’enfant. Au fil du temps, son design s’est fortement développé. Ce meuble est désormais décliné en plusieurs formes et plusieurs modèles.

Dans un lit traditionnel, bébé se trouve à plus ou moins 40 cm du sol. Lorsqu’il est allongé dans son lit, il aura l’impression d’être sur un éperon rocheux. À l’inverse, un lit posé au ras du sol boostera la confiance en soi et le sentiment de sécurité de votre petit bout de chou. Il pourra se lever facilement sans danger et découvrir par lui-même le monde qui l’entoure. Il pourra dormir et se lever selon ses propres ressentis.

 

Un lit Montessori pour plus de sécurité

 

Un lit à barreaux peut certes protéger votre petit aventurier des chutes. Jusqu’au moment où il souhaitera sortir de son lit, de ses propres moyens. Cependant, en optant pour un lit entouré de barrières trop élevées, vous portez atteinte à la liberté de votre gamin. Il se sentira emprisonné et il fera tout pour sortir de là. Un lit Montessori vous permettra de donner plus de liberté à votre chérubin.

Les risques d’accident sont minimes. Votre bébé pourra dormir confortablement sur son lit sans risquer de chuter. Il pourra aller se coucher et sortir du lit comme il veut. Avec ce type de lit, votre chérubin aura une vue globale de sa chambre, ce qui augmentera sa confiance en soi.

Il est également conseillé d’utiliser un matelas suffisamment large pour que votre petit loup puisse bouger comme il le souhaite. Cela lui permettra de suivre son rythme naturel et lui permettra de dormir tout seul lorsqu’il sera fatigué.

 

Comment apporter plus de sécurité dans la chambre de bébé ?

 

Si vous voulez sécuriser totalement le lit de votre tout petit, il vous est possible d’ajouter un petit bord de sécurité pour lui éviter de rouler. Cependant, il devra être suffisamment bas pour que votre enfant puisse sortir facilement de son lit. Vous pourrez également sécuriser sa chambre en y installant par exemple des cache-angles, des cache-prises, etc.

 

Vous êtes intéressés par d’autres articles et vous souhaitez aller plus loin :

 

credit photo :Photo de Ksenia Chernaya provenant de Pexels

Sécurité chambre

Sécurité, comment bien préparer la chambre de son futur enfant

Ecrit par | 0 – 6 mois, Enfant, JE PROTEGE | Aucun commentaire

Bonne nouvelle ! Vous allez bientôt devenir papa et maman. L’arrivée de bébé va certainement apporter plus de bonheur dans votre couple. En tant que parents, vous devrez faire de votre mieux pour préparer la chambre dans laquelle votre futur enfant va grandir en toute sécurité. Vous devrez notamment lui aménager un petit nid douillet confortable et tendance. Mais par-dessus tout, la chambre de votre tout petit devra être sécuritaire. Comment faire alors pour bien préparer la chambre de son futur enfant ? Les réponses d’Elodie, responsable de la formation des parents aux gestes de premiers secours et à la prévention !

 

Une chambre pensée pour le confort de bébé

 

Pour accueillir bébé comme il se doit, vous devez préparer au moins trois mois à l’avance sa chambre. Pour qu’il puisse bien s’épanouir, il est préférable qu’il ait une chambre pour lui tout seul. Cette pièce devra avant tout être calme et éloignée de tous les bruits. Il est donc préférable d’éviter la pièce près de la cuisine (avec le lave-vaisselle), de la salle de bain (avec le lave-linge) et du salon (avec la télévision).

Dans l’idéal, elle devra être éclairée par la lumière du jour. Préférez l’exposition est-ouest pour que la chambre ne soit pas tout le temps exposée au soleil. La température de la pièce optimale devra être stable entre 17 et 19 °C. En effet, un nourrisson n’est pas encore apte à réguler sa température corporelle. Évitez également de mettre le lit de votre petit loup trop près d’une fenêtre à cause du soleil ou d’un radiateur, car cela pourrait le déshydrater.

 

Une chambre avec un design pensé pour votre enfant

 

Dans l’idéal, la chambre de votre futur bébé devra être de couleur douce et pastel. Vous pourrez décorer les murs avec de petits stickers discrets ou des images de formes ondoyantes. Votre chérubin passera son temps à les regarder. Évitez de ranger autre chose que les affaires de votre petit bout de chou dans la chambre. Vous pourrez par exemple y ranger ses jouets, ses livres, ses doudous, etc.

Lorsque vous allez meubler la chambre, choisissez des modèles qui ne soient pas trop volumineux. Pour la sécurité de votre enfant dans sa chambre, il faudra fixer tous les meubles afin d’éviter qu’ils ne tombent sur votre enfant si celui ci s’y accroche, notamment au moment de l’apprentissage de la marche.

Votre enfant devra en effet sentir que c’est sa chambre. Il vous est possible de placer dans la pièce un espace détente dans lequel votre chérubin pourra s’amuser. Lorsque bébé est sur son lit, faites en sorte qu’il vous voit entrer. Autrement dit, vous devrez placer son lit face à la porte. Pensez également à utiliser un matelas confortable et adapté à sa morphologie. Et pourquoi ne pas choisir un lit Montessori en toute sécurité ?

 

Une chambre bien sécurisée pour votre petit bout de chou

 

Pour grandir convenablement, il faudra que bébé soit bien en sécurité dans sa chambre. Équipez donc les fenêtres de la pièce d’un grillage pour prévenir les risques de chute. Vous pourrez éventuellement sécuriser les fenêtres avec des systèmes comme des crochets ou des entrebâilleurs. Lorsque bébé commencera à ramper, il aura tendance à toucher à tout ce qu’il voit.

Assurez-vous donc toutes les prises électriques de sa chambre soient bien protégées. Le mieux serait d’utiliser des prises avec sécurité enfant. Pour éviter que votre petit aventurier ne se coince les doigts dans les portes, pensez à mettre une anti-pince sur vos portes.

 

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

 

Crédit photo : Photo de Tatiana Syrikova provenant de Pexels

 

Prévention des accidents domestiques : une maison sûre pour vos enfants

Ecrit par | Enfant, JE PROTEGE | Aucun commentaire

La sécurité est importante à tous les stades de la vie, surtout quand on a des enfants à la maison. Chaque année, un enfant sur dix est victime d’accidents domestiques en France. La maison constitue un terrain très dangereux pour les jeunes enfants. En tant que parent, votre rôle est d’assurer la sécurité de toute la famille. Pour vous aider à ne plus vous retrouver seul face à toutes ces questions de sécurité, nous allons vous donner dans cet article quelques astuces vous permettant de rendre votre maison plus sûre pour vos enfants.

La sécurité de votre enfant en fonction de son âge

Selon l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, de nombreux parents ne savent pas identifier les risques à la maison. Ils ne connaissent pas les mesures de prévention pour éviter les accidents domestiques. En effet, les dangers qui peuvent survenir sont différents selon l’âge de chaque enfant.

Pour les tout-petits de 0 à 1 an

Certes, un nouveau-né ne bouge que très rarement. Toutefois, il existe quand même des risques pour qu’il s’étouffe et s’étrangle. Pour éviter ce genre de situation, pensez à bannir les oreillers, les couvertures et les couettes de lit.

Quand le bébé dort, gardez-le loin des rubans, des cordelettes et de tous les autres objets qui pourraient l’étrangler. À cet âge, le bébé risque également de faire des chutes. Pour y remédier, posez automatiquement votre main sur lui quand il est sur la table à langer.

Quand il est dans sa chaise, attachez-le fermement avec la ceinture ventrale et la sangle au niveau des jambes. Quand vous lui donnez son biberon ou son repas, faites attention à ce qu’il ne se brule pas avec le lait ou avec l’assiette chaude.

Lorsque vous lui donnez son bain, utilisez toujours un thermomètre. Afin d’éviter qu’il se noie dans son bain, vous devrez toujours garder un œil sur lui, même dans le cas où vous utilisez un transat et un siège de bain.

Pour les enfants de 1 à 3 ans

À 12 mois, votre enfant commence à marcher et à se déplacer partout dans la maison. Toutefois, il n’est pas encore conscient des dangers qui peuvent survenir. Il pourra entre autres ingurgiter les produits toxiques qu’il trouvera dans la maison. Vous devrez donc mettre vos produits cosmétiques, vos produits ménagers et tous autres produits dangereux hors de portée de votre enfant.

Lorsque vous transvasez vos produits, pensez toujours à utiliser des bouteilles avec bouchons de sécurité. Lorsque votre bambin joue à la maison, il pourra s’aventurer à jouer près de la fenêtre ou du balcon. Vous devrez ainsi toujours fermer vos fenêtres et prendre des précautions pour que ces dernières ne soient pas accessibles à votre enfant.

Pour éviter que votre enfant ne tombe dans l’escalier, pensez à mettre une barrière de sécurité au niveau de l’escalier et sur la porte de sa chambre. Il se peut également que les doigts de votre gamin se bloquent dans les portes. Pour éviter ce genre de situation, utilisez toujours des cale-portes ou des bloque-charnières. Ne laissez pas trainer vos sacs en plastique partout, car votre enfant pourrait s’étouffer en jouant avec.

Évitez d’offrir à votre enfant des jeux et jouets de petite taille, car il pourrait facilement l’avaler ou le mettre dans son nez, dans ses oreilles, etc. Préférez plutôt les jeux éducatifs, les jeux de société et les jeux amusants pour enfants. Afin qu’il ne se brule pas, faites attention à ne pas le laisser seul dans la baignoire, car l’eau du robinet pourrait être très chaude. Veillez également à ce qu’il ne joue pas dans la cuisine pendant la préparation des repas, car il risque de se faire bruler par la porte du four, les plaques chauffantes, la flamme du gaz, etc.

Pour les enfants de 3 à 5 ans

À partir de 3 ans, l’enfant commence à bien maitriser son corps. Très curieux, il aime s’amuser en plein air, dans sa cabane en bois, et expérimenter de nouvelles choses pendant les vacances scolaires. Même s’il commence à comprendre les raisons de vos interdictions, vous devrez continuer à lui faire savoir les choses qu’il peut ou ne pas faire. La nounou devra faire attention à ce qu’un enfant n’ingère pas les substances dangereuses, les plaquettes de médicaments, des piles boutons… des objets qu’il peut confondre à des bonbons.

Rappelez-lui autant que possible de ne pas courir dans la maison, car il risque de se blesser. Incitez-lui plutôt à jouer sur sa balançoire, dans sa cabane de jardin ou dans sa maisonnette en bois. Vous devez lui rappeler qu’il est interdit de jouer à proximité d’une fenêtre ou d’un balcon. Vous devrez également l’interdire de jouer dans la cuisine et d’utiliser des objets dangereux comme une allumette, un briquet, un couteau, etc.

Comment rendre votre maison plus sûre ?

Pour protéger efficacement votre jeune enfant le temps d’un week-end ou pendant les vacances, vous devrez aménager et sécuriser au mieux l’environnement dans lequel il va jouer. Pour éviter que vos petits aventuriers se blessent, vous devez utiliser des équipements qui sécurisent l’espace pour les petits. Afin d’éviter les risques d’empoisonnement, nous vous conseillons de mettre des verrous de sureté sur vos tiroirs et armoires qui renferment des produits dangereux.

Grâce à ce dispositif de sécurité, votre petit bout de chou n’aura plus accès aux médicaments et à tous les autres objets dangereux comme les allumettes, les couteaux, etc. Lorsque vous décidez d’acheter des verrous de sureté, pensez à choisir des modèles faciles à installer. En effet, ils devront être solides et robustes afin de pouvoir supporter les maltraitances infligées par les petits.

Afin d’éviter l’accès de votre enfant dans des zones dangereuses comme dans une piscine par exemple, vous devriez utiliser des verrous et des barrières de sécurité. Pour prévenir toute chute des fenêtres et des balcons, pensez à utiliser des filets de sécurité et des grilles de protection. Ces derniers vous permettront d’empêcher les chutes dangereuses.

Vous pourrez également trouver sur le marché des dispositifs anti-brûlures que vous pourrez installer sur vos pommeaux de douche et vos robinets. Il peut être nécessaire de faire appel à un plombier pour installer ce type de dispositif. Pour éviter que votre enfant ne glisse en sortant du bain, pensez à utiliser un tapis antidérapant.

Chers parents, et pourquoi ne pas suivre une formation à la prévention aux gestes de premiers secours ?

Pourquoi les billes à eau surperabsorbantes sont-elles un danger pour les enfants ?

Ecrit par | Enfant, JE PROTEGE | Aucun commentaire

Pourquoi les billes à eau surperabsorbantes sont-elles un danger pour les enfants ?

Les billes d’eau, également connues sous les noms de bulles ou perles d’eau, sont formées d’un polymère capable d’absorber jusqu’à 400 fois son poids en eau. La revue médicale « Prescrire » met les parents en garde contre ces billes. Celles-ci peuvent facilement être avalées par les jeunes enfants alors qu’elles ne sont pas entièrement réhydratées, et s’avèrent alors très dangereuses. L’ingestion d’une bille d’eau est lourde de conséquences, allant de l’occlusion intestinale à la mort de l’enfant.

 

Les billes d’eau possèdent une apparence attrayante. D’aspect translucide et coloré, elles sont souvent utilisées en tant qu’objets décoratifs, par exemple dans les vases pour soutenir les fleurs. Ces billes sont capables d’absorber jusqu’à 400 fois leur poids en eau. Aussi, comme le rappelle la revue médicale Prescrire, elles sont très risquées pour les jeunes enfants qui sont tentés de les ingérer. La publication fait suite au message d’avertissement de l’Anses et de la Répression des Fraudes paru en décembre. Les deux institutions montraient les risques associés à l’ingestion de billes d’eau, pouvant conduire au décès de l’enfant dans les cas les plus graves.

 

La conclusion est la suivante : ne laissez pas les billes d’hydrogel à proximité de vos enfants. Ceci est particulièrement vrai pour les plus jeunes. La majorité des accidents touchent des enfants dont l’âge est inférieur à 5 ans. La revue médicale Prescrire rappelle que ces billes peuvent facilement être confondues avec des bonbons par les jeunes enfants. Sèches, elles sont suffisamment petites pour être ingérées. Alors que leur réhydratation n’est pas encore totale, elles peuvent être dirigées vers les intestins où elles sont susceptibles de causer une occlusion intestinale. Une note d’information précise : « La confirmation du diagnostic nécessite un scanner ou une échographie. Impossible par endoscopie, le retrait est chirurgical ».

 

Ces billes ne doivent pas être considérées comme des jouets

La revue mentionne également « qu’une équipe parisienne a colligé six cas d’enfants âgés de moins de 24 mois, dont un est mort d’une septicémie postopératoire ». Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les billes sont susceptibles d’obstruer les voies respiratoires de l’enfant et d’entraîner ainsi son étouffement, au même titre que le reste des petits objets. Si votre enfant a ingéré l’une de ces billes, même en cas de doute, il est vivement conseillé de contacter rapidement un centre antipoison. Il vous sera alors communiqué des recommandations médicales. Les trois établissements conseillent également de se méfier des annonces postées sur internet vantant l’usage divertissant de ce type de produit.

En tout état de cause, ces perles doivent donc être « proscrites d’activités ludiques pourtant proposées aux parents » d’après la revue Prescrire. Si jamais ces objets sont commercialisés en tant que jouets, « ceux-ci feraient l’objet d’un retrait-rappel par la Répression des Fraudes ». Le magazine « 60 Millions de consommateurs », connu pour avertir les consommateurs des risques des produits en vente, affirme lui aussi que les billes sont souvent considérées à tort comme des jouets ludiques. En janvier, le magazine a précisé que « ces différents risques sont rarement mentionnés par les vendeurs. Certains indiquent même dans la description de leurs produits qu’il n’y a pas de soucis de sécurité ». Il convient donc de faire preuve de bon sens, et de vigilance.

Source photo : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement
et du travail

4 conseils pour éviter les accidents domestiques à la maison

Ecrit par | Enfant, JE PROTEGE | Aucun commentaire

Ils fouillent partout ! Ils s’ennuient et touchent à tout !

Nos enfants sont toujours à la maison en ce moment. Ils ne savent plus quoi faire. Ils découvrent de nouvelles choses, de nouveaux produits que nous n’avions peut-être pas l’habitude d’utiliser avant !

Maman, qu’est ce que c’est ? Est ce que je peux en avoir ? On dirait de l’eau ! (et non, râté, c’est du gel hydroalcoolique)

Maman avec gel hydroalcoolique - l'école de secourisme

Des choses sans intérêt pour l’enfant deviennent sources de curiosité et de questionnement. Vite, vite, si ce n’est pas déjà fait, mettons tous ces nouveaux produits en sécurité…!!! Et évitons ainsi un nouvel accident domestique.

Les pompiers tirent la sonnette d’alarme, et nous aussi…

 

4 conseils pour éviter les accidents domestiques à la maison pendant le confinement

 

Sommaire :

 

Conseil n°1 :  Anticiper toutes les situations dangereuses dans son appartement ou dans sa maison

Conseil n°2 : Gérer les crises grâce à la parentalité positive

Conseil n°3 : S’entraîner à agir en cas d’accident domestique pour être prêt au cas où

Conseil n°4 : En parler avec ses enfants

 

Conseil n°1 :  Anticiper toutes les situations dangereuses dans son appartement ou dans sa maison

 

Chaque parent le sait, c’est difficile de surveiller son enfant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Il suffit que nous préparions le repas, que nous travaillons sur l’ordinateur, que nous lisions un sms, que nous racontions une histoire à un autre de nos enfants et hop, la surveillance s’arrête quelques instants.

Et ces quelques secondes d’inattention peuvent suffire pour faire basculer la vie de la famille.

En cette période de confinement, les pompiers lancent un SOS pour que chaque parent soit un peu plus vigilant que d’habitude afin de ne pas mobiliser davantage le personnel soignant. Alors attention, entre autres, au gel hydroalcoolique bu par les enfants (les centres antipoisons ont constaté une hausse de 30 % des appels, liée au Covid-19, en février-mars.), les brûlures (casserole, fer à repasser, four, etc.), aux défenestrations

Notre conseil: prendre 30 minutes de son temps pour se mettre au niveau de son enfant (ou à la même hauteur) et faire le tour de la maison ainsi. Et penser à sa place.. Mmmh, ce gel hydroalcoolique posé sur la table ressemble à de l’eau. Ça tombe bien, j’ai très soif. Ou ce produit vert écolo posé sur le sol dans les toilettes ressemble à du sirop de menthe. Le bouchon a l’air en plus rigolo..

Avez-vous déjà parlé de tous ces produits avec vos enfants ? Avez-vous déchiffré les étiquettes avec lui pour lui expliquer les symboles ?

Autre conseil : parler avec son conjoint ou un membre de sa famille pour lui demander si certaines de nos habitudes sont à risques. Parfois nous ne nous en rendons plus compte, pensant que c’est acquis pour notre enfant. Un avis extérieur peut être le bienvenu dans ces moments-là ! 

 

Conseil n°2 : Gérer les crises grâce à la parentalité positive

 

Certains accidents domestiques peuvent être dûs à des colères, crises ou autres. Les enfants connaissent les situations dangereuses, mais avec la colère, ils peuvent parfois perdre leurs moyens et vont faire une bêtise. En ce temps de confinement où chaque famille reste ensemble 24h/24, 7 jours sur 7, c’est important de prendre les devants et de s’informer auprès d’experts qui sont pleins de bons conseils pour désamorcer les crises. 

 

Pour aller plus loin : 

https://www.coolparentsmakehappykids.com/

https://www.filliozat.net/

 

Conseil n°3 : S’entraîner à agir en cas d’accident domestique pour être prêt au cas où

 

Il n’y a pas de secret, pour être efficace, il faut s’entraîner.

Les pompiers s’entraînent tous les jours, les médecins aussi, pourquoi pas nous, parent, alors que nous sommes les premiers sur les lieux. des accidents domestiques. Bien sûr, s’entraîner tous les jours n’est pas réalisable pour bon nombre d’entre nous, mais de temps en temps, par exemple, une fois par mois

Comment ? En imaginant différentes situations qui peuvent arriver à nos enfants.

Par exemple : si mon enfant se brûle, que dois- je faire ? Premiers réflexes : l’eau. Puis après ? Comment éviter que cela arrive ? Qui dois-je appeler ? etc.. En couple, entre amis ou en familles, ces jeux de simulation sont très efficaces et vous permettront de mieux vous équiper pour être prêt..au cas où.

 

Conseil n° 4 : En parler avec ses enfants

 

Quand les enfants sont un peu plus grand, parler avec ses enfants de prévention d’une manière ludique est le meilleur moyen de savoir s’ils ont compris ce qui pouvait les blesser ou non.

Mais attention, même si votre enfant semble avoir compris, il faut rester vigilant, car l’imagination de votre enfant peut prendre le dessus. Un enfant peut avoir compris qu’il ne faut pas grimper sur le balcon, mais avec un costume de super-héros, ça change tout. Spiderman vole, pourquoi pas lui ! Il faudra donc parler de prévention et d’accident domestique encore et encore. Et surtout, l’écouter pour savoir où il en est de sa compréhension du monde.

 

POUR CONCLURE

 

Nos enfants grandissent tellement vite que les accompagner vers l’autonomie dans le domaine de la sécurité est un travail de tout instant. Et d’équipe. Chacun de nous a un rôle à jouer dans cette acquisition du savoir. Cette prévention est très efficace pour lutter contre les accidents domestiques à la maison.

J’espère que cet article vous donnera de nouvelles pistes pour que vos enfants puissent s’épanouir sereinement et en pleine santé. Si vous avez d’autres pistes, partagez-les en commentaire ! Ensemble, nous pourrons avancer vers l’autonomie de nos enfants en toute sécurité.

Prenez bien soin de vous et de vos enfants.

Elodie

Crédit photo : Freepik

Et si vous souhaitez vous inscrire à la newsletter, c’est ici =>

Sécurité dans la cuisine: avez-vous pensé à tout ?

Ecrit par | Enfant, JE PROTEGE | Aucun commentaire

La cuisine : ce lieu au cœur de la maison, au coeur de la vie. Cette pièce à vivre rime avec chaleur, convivialité et bonheur. De nombreux souvenirs seront créées dans ce lieu familial. Les enfants s’y installent pour regarder papa et maman cuisiner. Nos petits bouts préparent eux mêmes des gâteaux. Ils ou elles jouent à transvaser des lentilles d’une assiette à l’autre avec une petite cuillère. Nos enfants rigolent. Et chantent. Et bien sûr, ils y mangent.

C’est tout l’enjeu d’une cuisine.

Être fonctionnelle et conviviale. Tout en assurant la sécurité de nos enfants. Mais, comment faire pour que nos enfants puissent s’épanouir sereinement dans cette pièce, qui, je le rappelle engendre un quart des accidents domestiques ?

 

Conseil n°1 : une cuisine sans embûche

 

Lors de la préparation des repas, l’espace sur le plan de travail se réduit très rapidement.

Casseroles, plats, mixeurs, ustensiles, prennent rapidement toute la place pendant que les couteaux et autres objets tranchants se rapprochent dangereusement du bord, prêts à tomber. Ou ces derniers peuvent facilement être attrapables par une petite main ! Idem pour les casseroles ou tous les plats chauds.

Pour éviter qu’un incident ne survient et ainsi éviter du stress inutile, faites le vide. Comment ?

En organisant vos placards. Ces derniers doivent être pratiques et logiques. Vous pourrez ainsi ranger tous les ustensiles et  les éléments du quotidien, et ceci même en plein rush quand vous serez au fourneau. Ce qui permettra de libérer de l’espace sur votre plan de travail. Les couteaux ou les plats chauds seront ainsi loin des petites mains de vos enfants.

Ainsi, la cuisine sera plus sûre.

 

Conseil n°2 : un espace adapté pour les touts petits

 

Laissez les ustensiles comme l’assiette, la serviette, les couverts, le verre de votre enfant du quotidien accessibles. Votre enfant gagnera en autonomie et vous aidera surement à mettre le couvert. Ainsi, il n’essaiera pas de grimper sur un tabouret ou sur une chaise pour attraper la vaisselle rangée en hauteur. Il pourra s’en saisir selon ses besoins au moment où il le souhaite.

Conseil n°3 : les zones sensibles

 

La cuisine regorge de zones sensibles et en particulier, la zone où se trouve les produits ménagers. Hantise de tous les parents, nous savons que les flacons et leurs produits multicolores sont extremement toxiques…tout en étant très attirants nos chers enfants, nos explorateurs. Sans oublier bien sûr les pastilles pour les laves vaisselles, souvent placées en bas, à côté du lave vaisselle. Nous vous conseillons de :

  • Placez tous ces produits en hauteur.
  • Laissez toujours les produits dans leur flacon d’origine.
  • Evitez de stockez trop de produit dangereux ensemble.
  • Les manier avec précaution.
  • Expliquer à vos enfants la dangerosité de ces produits.

La zone de cuisson est également une zone dangereuse de la cuisine. Quelques gestes de prudence permettent d’éviter les accidents.

  • Posez toujours les manches des casseroles côté mur, afin que vos enfants n’essaient pas de les attraper.
  • Prenez le temps de mettre les maniques dès que vous sortez un plat du four. Même si le plat est froid. Vos enfants, en vous regardant, apprendront qu’il faut toujours se protéger.
  • Apprenez à votre enfant dès le plus jeune âge le brûlant, le chaud, le tiède, le froid. Et leur précisant où se situe les dangers et comment les éviter.

 

Pour conclure, prendre le temps et le recul s’avèrent essentiels pour sécuriser les lieux et ainsi éviter les situations dangereuses. Nous nous habituons aux risques, les identifier de manière consciente permettra d’effectuer des petits changements bénéfiques pour toute la famille. Les enfants grandissent très rapidement et leurs réactions sont imprévisibles. Ils n’ont pas conscience du danger. À nous, parent, grands parents, assistantes maternelles de les aimer et de sécuriser les lieux.

 

 

C’est à vous de jouer maintenant :

Quel conseil donneriez-vous à tous les autres parents pour améliorer la sécurité dans la cuisine ?

Partagez votre expérience en commentaire de cet article, on est toujours ravi de vous lire.

À très bientôt

Elodie

 

Sauver ses enfants, ça s’apprend. Vous allez adorer le secourisme pour les parents !

Ecrit par | Enfant, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

Soigner les petits bobos. Devenir le ou la spécialiste des chutes. Conseiller les autres parents. Parler prévention et secourisme aux grands parents. Et si la prévention et le secourisme nous permettaient de vivre plus sereinement notre vie de parents. Et si la prévention et le secourisme nous permettait de gagner en confiance en soi. Quel bonheur de savoir agir rapidement et efficacement dans toutes les circonstances. Ces moments de stress pourront alors devenir un moment de complicité avec son ou ses enfants.

Voici 4 clés pour devenir des parents secouristes :

  • Accidents domestiques : se poser les bonnes questions pour être prêt à toute éventualité

« Maman, bobo », « Papa, hugo est tombé sur la tête », « Mamie, j’ai avalé une bille », « Maman, je me suis brûlé », la liste est longue. 2000 accidents domestiques sont recensés chaque jour en France (source : INPES).  Les bobos font partis de notre quotidien de parents ou grands parents. Dans la majorité des cas, ces blessures sont sans conséquence. Notre rôle est de soigner son enfant, le rassurer et trouver les bons mots pour éviter que cela se reproduise. Mais pour réagir sans stress et ne pas stresser son enfant au quotidien par peur de la douleur ou de la perte de son enfant, il est nécessaire de connaître les urgences vitales. Pas besoin de se dire « cela n’arrivera pas chez nous », « c’est extremement rare » ou encore « ça n’arrive qu’aux autres », il est important de les connaître et c’est tout. Pourquoi ? Parce que des gestes simples de secourisme permettront de sauver plusieurs vies. Celle de la petite victime. Et également celles de sa famille ou encore de ses amis. Et ces gestes s’apprennent partout en France.

  • Les 4 urgences vitales – 3 minutes pour agir

Les 4 urgences vitales sont :

Toutes ces urgences peuvent être apprises lors de formation de secourisme. Des mannequins de secourisme vous permettront de vous entraîner efficacement. Les gestes de premiers secours s’apprennent également pour les bébés.

 

  • Partager son expérience avec d’autres parents

Un risque connu = un risque évité. Lors de nos formations en secourisme dans notre école, de nombreux parents, futurs parents, grands parents et professionnels de la petite enfance viennent se former ou recycler leurs gestes. Ce moment de formation et de partage permet de partager toutes nos expériences de parents et ainsi pratiquer sur des situations vues ou entendues. Les parents mémorisent beaucoup mieux parce que les situations sont concrètes. Les ateliers sont ludiques. Les gestes de premiers secours s’effectuent sur des mannequins de secourisme en couple ou par équipe. Vous aussi de votre côté, n’hésitez pas à partager ces moments là pour trouver des solutions.

 

  • S’entraîner pour devenir de super parent secouriste (ou grand parent secouriste)

Quoi de mieux que l’entraînement pour ne pas perdre la main. Pas sur vos enfants bien sûr. Mais peut-être pourriez vous prendre quelques secondes pour vous demander comment agir en cas de saignement ? ou en cas de brûlure par exemple ? Et, seul(e), en famille, ou même avec vos enfants, vous pourrez inventer des situations d’urgence pour être sûr que vous avez tout le nécessaire à la maison et que vous sachiez réagir immédiatement. Pour les entraînements à l’extérieur, ces exercices vous permettront peut être de compléter votre trousse de secours. Et, pour le secourisme, de nombreuses formations existent partout en France. Les formations PSC1 sont des formations proposées à tous par de nombreuses structures. Et à Marseille, Aix en Provence et alentours, nous vous proposons des formations prévention et secourisme uniquement entre parents et futurs parents avec une thématique précise : les bébés et les enfants.

 

Et vous,  que souhaiteriez-vous apprendre pour être plus serein au quotidien ?

[mistape]