Catégorie

JE PROTEGE

Le secourisme pour les enfants : 3 exercices qui peuvent sauver une vie

Ecrit par | J'ALERTE, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

Aujourd’hui, je vais vous parler de prévention et secourisme pour les enfants.

L’année scolaire se termine bientôt. Je forme les derniers enfants au secourisme dans les écoles maternelles, primaires et au collège.

Léa, 3 ans 1/2, me raconte que son grand frère s’est brûlé.

Sophie, en CM2 veut absolument apprendre à utiliser un défibrillateur semi-automatique.

Les enfants connaissent les numéros des secours. Mais, au moment où je m’allonge pour imiter une victime inconsciente, aucun n’arrive à appeler les secours avec mon téléphone verrouillé ( et oui, le seul téléphone disponible est le mien. Et ils ne connaissent pas le code pour le déverrouiller). Comment faire ?

Les vacances arrivent bientôt. Et si, vous aussi, vous profitiez de ces moments privilégiés avec votre enfant pour lui apprendre quelques règles de base pour (se) protéger, alerter et apprendre à sauver ?

 

QU’EST CE QUE LE SECOURISME ?

Oui commençons par le commencement. C’est quoi le secourisme ? Quand je discute avec certaines personnes, certains retours sont surprenants. Le secourisme ne s’apprendrait pas. Il s’acquière uniquement avec l’expérience.  Et si je vous disait que le secourisme est une discipline à part entière. Et , comme le sport, seul l’entraînement permet d’être performant et efficace. Selon google, le secourisme est « méthode de sauvetage, technique des premiers soins à dispenser aux victimes d’accidents, aux blessés, etc ». Une technique, une méthode donc.

 

Cette technique se décompose en 3 parties : prévention et protection, l’alerte et les secours.

1 – PRÉVENTION ET PROTECTION

La prévention et la protection d’abord !

Le premier exercice à réaliser avec son enfant est d’apprendre à protéger. A protéger qui ? Lui même, les potentielles autres victimes et enfin la victime elle même. Comment ?

  • en comprenant l’environnement qui nous entoure. Prenons l’exemple de l’orage. Se protéger de la foudre est possible en comprenant qu’il ne faut pas constituer une cible pour la foudre. Ou en évitant les les situations qui risquent de créer une différence de potentiel électrique entre deux parties du corps (j’écrirai prochainement un article sur ce sujet là).
  • en connaissant les règles de sécurité
  • en connaissant les pictogrammes qui indiquent les produits dangereux
  • etc.

Veiller à sa sécurité à la maison, dans la rue, à l‘école ou dans la nature s’apprend dès le plus jeune âge. Il s’agit de veiller à sa santé de façon générale.

2 – L’ALERTE

Le deuxième exercice est de faire semblant, en famille, d’appeler les secours.

 

Allo bobo ? à l’aide ! Qui appeler quand je suis à la maison ? Qui appeler quand je suis seul(e) ? Comment appeler ? Avez-vous essayé avec votre enfant d’appeler les secours ? De temps en temps, des articles de presse nous expliquent qu’un enfant de 3 ans a appelé les secours car papa ou maman était inconscient dans le salon. Et oui, c’est possible, à condition que votre enfant a déjà vu faire et a déjà testé votre téléphone. Les enfants plus grands sont capables d’appeler facilement les secours. Vous pourrez aller plus loin pour qu’il puisse informer efficacement les secours.

3 – SECOURIR

Le troisième exercice est de secourir. Dans quel cadre ? En cas d’urgence vitale ( étouffement total, hémorragie, inconscience avec une victime qui respire, inconscience avec une victime qui ne respire pas), brûlure, d’électrisation, de saignement abondant, d’inconscience, d’arrêt cardiaque, les traumatismes, etc. Les sujets sont vastes. Du matériel de secourisme peut être nécessaire.

POUR ALLER PLUS LOIN

L’essentiel de l’APS – Apprendre à porter secours : https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Action_sanitaire_et_sociale/31/0/APS_brochure2006_116310.pdf

POUR CONCLURE

Ma vie de maman secouriste me permet de former les enfants dans les écoles (ou en petit groupe dans des espaces ludiques) ainsi que mes enfants. J’ai beaucoup de chance de vivre ces moments de formation. Les enfants apprennent à une vitesse incroyable. Ils sont très demandeurs d’ateliers de secourisme car c’est des sujets qui leurs parlent. Ils aiment en parler entre eux. Parler de leurs vécus. Et apprendre comment agir. En tant que parent, nous ne trouvons pas toujours le bon moment pour en parler. Quand nous le faisons, c’est souvent en cas d’urgence, et l’enfant est moins réceptif émotionnellement. Programmer un moment secourisme ludique en famille est un excellent moyen de joindre l’utile à l’agréable.

Et vous, comment faîtes-vous pour initier vos enfants à la prévention et au secourisme au quotidien ?

Elodie, maman secouriste passionnée

Fondatrice de l’école de secourisme et formatrice PSC1 et SST.

 

 

Comment bien protéger votre enfant au ski ?

Ecrit par | JE PROTEGE | Aucun commentaire

Comment bien protéger votre enfant à la neige ?

La neige est enfin tombée. Les vacances arrivent à grand pas. Vous allez bientôt pouvoir glisser en ski ou en snowboard, sur ce beau manteau neigeux. Et cette année, vous avez décidé d’emmener votre enfant !

Il va donc falloir équiper votre enfant de la tête au pied afin qu’il glisse en sécurité. Et que les descentes restent du pur plaisir.

A vous, parents, de penser à tout et surtout, penser à des équipements garantissant confort, chaleur et sécurité !

 

Les accidents graves sur les pistes de ski découlent principalement de collisions avec :

  • d’autres skieurs
  • des arbres
  • des poteaux mal protégés.

Même si certains accidents ne peuvent pas être évités, un enfant bien équipé pourra avoir aucune séquelle ou au moins en diminuera la gravité.

LES CASQUES DE SKI POUR BÉBÉ ET ENFANT

Pour commencer, le casque de ski pour enfant est indispensable pour la sécurité de votre enfant. Même s’il n’est obligatoire que dans les écoles de ski, il est fortement recommandé de protéger la tête de vos oursons. De plus, il vaut mieux un casque cassé qu’un traumatisme crânien ! Surtout que le casque permettra également de protéger votre enfant des petits coups donnés par ses copains qui manipulent leurs skis ou leurs bâtons de skis tout en oubliant les copains autours !

Bien choisir le casque de son enfant en se basant sur les critères suivants :

  • La taille
  • Le confort
  • La ventilation
  • avec ou sans visière – ou adaptabilité avec le masque

La taille du casque :

Tout d’abord, à l’aide d’un mètre ruban, vous pouvez mesurer la circonférence la plus importante du crâne de votre enfant.  Il faudra mesurer le tour de tête de votre enfant en passant au dessus des oreilles sur la partie la plus large du crâne à l’arrière et des sourcils sur l’avant. Si vous n’avez pas de mètre ruban, vous pouvez utiliser un lacet ou un ruban suffisamment long. Vous pourrez par la suite mesurer ce mètre ruban avec une règle. Ainsi, vous connaîtrez ainsi la circonférence de la tête de votre enfant.

Les petites tailles commencent dès 48 cm pour les bébés.

 

Le confort :

Des casques pour la luge pour les tous petits ou les plus grands existent dans des boutiques ou des sites spécialisés ! Idéal pour des toutes petites descentes en luge ou pour les premières descentes en ski ! De plus, pour protéger et garder les oreilles au chaud, c’est important de bien équiper votre enfant pour sa sécurité ! En effet, un casque agréable à porter est nécessaire pour que l’enfant garde plaisir pour le porter tout au long de la journée !

Pour cela, il faut bien sûr s’équiper d’un casque :

  • à la bonne taille avec une mollette réglable pour un réglage précis
  • aéré sur le dessus pour évacuer la transpiration et que votre enfant n’ait pas trop chaud
  • qui comporte des oreillettes chaudes, douces, amovibles et lavables en machine si possible
  • avec une fermeture facile à utiliser. Maintenant, la fermeture des casques se font par un aimant. L’enfant est ainsi autonome pour ouvrir ou fermer son casque, même avec ses gants.
  • léger et résistant

 

La ventilation :

Tout d’abord, les casques pour enfant ayant entre 2 et 8 trous d’aération permettent une bonne ventilation. Au delà de 8 trous, la ventilation est optimale pour aérer et évacuer l’humidité. Enfin, cette ventilation est parfois réglable, en fonction des casques.

 

LE MASQUE DE SKI BÉBÉ ET ENFANT

Tout d’abord, le masque de ski ou la visière permettent à la fois de protéger les yeux du soleil, du vent et du froid. Le masque doit être adapté à la physionomie de votre enfant. Ni trop grand ni trop petit. La plus petite taille que vous trouverez sur le marché est 12 mois.

 

LA PROTECTION DORSALE POUR VOTRE ENFANT

La protection dorsale est incontournable pour sécurité de votre enfant sur les pistes de ski. Elle lui permettra de protéger sa colonne vertébrale en cas de chute.  Elles peuvent être courtes ou longues et sont proposées sous forme de gilet ou de dorsales à bretelles.

Les dorsales sont proposées dès l’âge de 6 ans.

 

LES ACCESSOIRES COMPLÉMENTAIRES DE PROTECTION POUR LES BÉBÉS ET LES ENFANTS

C’est bien connu, les enfants aiment se rouler dans neige. La combinaison de ski, les gants, les tours de cou sont à choisir avec précaution pour protéger vos enfants du froid. Chauds, imperméables et respirant, confortables et pratiques : sélectionner les meilleurs accessoires pour le confort de vos enfants grâce à ces 5 critères !

  • Combinaisons de ski bébé et enfant ou vestes et pantalons de ski enfant
  • Bonnets ou cagoules
  • Gants ou moufles
  • Tour de cou polaire bébé et enfant
  • Sous vêtement thermiques enfant
  • Chaussettes chaudes enfant

La crème solaire pour enfant avec un indice de protection maximum est indispensable pour protéger la peau de vos enfants pour aller skier en montagne.

 

Bonnes vacances à tous !

 

 

 

 

Sécurité piscine, que dit la loi ? Ou comment convaincre son voisin sans enfant de s’équiper d’un dispositif de sécurité pour sa piscine ?

Ecrit par | JE PROTEGE | Aucun commentaire

Sécurité piscine, que dit la loi ?

Ou comment convaincre son voisin sans enfant de s’équiper, été comme hiver, d’un dispositif de sécurité pour sa piscine* ?

*piscine totalement ou partiellement enterrée

 

Etre parent, grand parent ou professionnel de la petite enfance, c’est s’exposer à des situations non contrôlées et maîtrisées. Nous faisons tout pour garantir la sécurité de nos enfants, et pourtant, quelques secondes d’inattention et hop, on les retrouve dans des situations improbables. C’est ce qui est arrivée ce samedi 18 janvier 2019 pour une famille à La Brède dans le Sud Ouest. Un enfant de 18 mois est tombé dans la piscine…d’un voisin ! deux maisons plus loin ! Heureusement, cet enfant se porte bien. L’alarme de sécurité de la piscine du voisin a fonctionné. Le propriétaire a été rapidement averti par le système d’alarme sonore. Il a ainsi pu sortir l’enfant de l’eau rapidement.

D’où cette question : comment convaincre ses voisins (ou qui vous voulez) de s’équiper de dispositif de sécurité afin de prévenir les risques de noyade, été comme hiver ?

 

 

1) Lui expliquer que des enfants peuvent venir dans sa piscine sans son accord

Bon, certe, il vous dira que cela n’arrivera pas chez lui (et oui, cela n’arrive qu’aux autres, c’est connu ;-))

2) Lui faire comprendre que les dispositifs de sécurité autour des piscines sont obligatoires pour toutes les piscines privées. L’amende peut attendre la somme de 45000€.

Un voisin qui n’a pas d’enfant n’est pas tenu d’être équipé d’un système de sécurité ? Et bien c’est faux (et on en connait tous un). Les équipements de sécurité sont obligatoires pour toutes les personnes ayant une piscine privée. Des sanctions peuvent atteindre la somme de 45000€.

 

3) Seulement au moins un de ces 4 équipements est obligatoire, selon le Code de la construction et de l’habitation : articles L128-1 à L128-3 

Avec au choix, l’installation d’au moins un de ces 4 équipements ci-dessous :

  • Une barrière de protection 
    • Supérieure à 1 mètre 10 de haut
    • Doit être solidement verrouillée
    • Ne peut être déverrouillée seule par un enfant
      • Conseillez lui une barrière de sécurité conforme à la norme NF P 90-306

 

  • Un système d’alarme sonore
    • une alarme d’immersion informant de la chute d’un enfant d’au moins 6 kg dans l’eau
    • ou une alarme périmétrique ou alarme infrarouge informant de l’approche d’un enfant du bassin
      • Conseillez lui une alarme de sécurité conforme à la norme NF P 90-307

 

  • Une bâche (couverture de sécurité)
    • doit résister au poids d’un adulte pesant jusqu’à 100 kg (ne pas confondre avec les bâches souples qui ne sont pas des couvertures de sécurité).
    • l’avantage de cette bâche est, qu’en plus d’empêcher tout risque de noyade, elle permet de protéger l’eau tout en maintenant sa température.
      • Conseillez lui une couverture de sécurité conforme à la norme NF P 90-308
  • Un abri de piscine recouvrant intégralement le bassin (exemple véranda).
    • Cet abri, résistant aux intempéries, apporte un confort de baignade toute l’année.
    • La porte de cet abri doit être solide pour ne pas qu’un enfant puisse l’ouvrir et ainsi assurer sa sécurité.
      • Conseillez lui un abri de piscine conforme à la norme NF P 90-309.

4) Ce dispositif de sécurité peut être facilement installé

  • par vous-même
  • ou par le vendeur ou installateur de votre choix.

Il vous suffira de conserver les notes techniques d’information.

  • les caractéristiques, les conditions de fonctionnement et d’entretien
  • et les mesures générales de prévention et de recommandation pour éviter les risques de noyade.

 

A noter : la présence de dispositifs de sécurité ne dispense jamais de la nécessité d’une surveillance active et permanente des enfants par un adulte !