Catégorie

JE SAUVE

empêcher les accidents des enfants

Comment le comportement des adultes peut empêcher les accidents des enfants ?

Ecrit par | J'ALERTE, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

La majorité des accidents domestiques concernent les jeunes enfants. Et pour cause, ils n’ont pas encore les réflexes pour se protéger. En tant qu’adulte, il est de notre responsabilité de les protéger. Cependant, comment faire ? Votre comportement constitue un point essentiel dans la prévention des accidents de la vie courante. Dans les lignes qui suivent, je vais vous livrer quelques conseils et bons comportements à adopter pour empêcher les accidents des  enfants en bas âge.

 

Empêcher les accidents des enfants : le comportement des adultes

Brûlure, petit bobo, chute dans l’escalier, chute accidentelle… tous ces petits accidents du quotidien peuvent venir gâcher la journée de loulou. Même si vous ne pouvez pas toujours anticiper les accidents, il est tout à fait possible de réduire le risque d’accident avec de bons comportements. Lorsque vous prenez vos responsabilités et que vous restez vigilant et attentif aux faits et gestes de votre enfant, vous pouvez limiter le risque de chute, voire de traumatismes.

 

Et pour savoir quoi faire dans une situation d’urgence, je vous conseille les formations aux premiers secours. Je peux vous former dans les gestes de premiers soins à prodiguer lorsque des accidents arrivent et que les sapeurs-pompiers sont encore en chemin. Pour plus d’informations concernant le programme de formation, vous pouvez contacter l’école.

 

Les meilleurs comportements pour limiter les dangers

Vous pouvez éviter que les accidents se produisent en évitant une faute d’inattention et ayant les bons réflexes, notamment :

Ranger tous les produits dangereux

La prévention des risques domestiques passe par l’adoption des bons gestes. Si vous avez des enfants âgés de moins de 5 ans chez vous, je vous conseille vivement de ranger tous les produits toxiques, les produits d’entretien, les produits ménagers et les produits chimiques dans un placard fermé à clé. En effet, les tout-petits sont très curieux et sont capables de goûter à tout sans que vous vous en aperceviez. Et les dangers de tels gestes sont nombreux si l’on ne cite que l’intoxication.

Prendre des précautions pour les brûlures

Les enfants ont la peau fragile. Les conséquences des brûlures chez les plus petits peuvent être irréversibles et constitue même une cause de mortalité. Rassurez-vous ! Vous pouvez parfaitement empêcher vos enfants de se brûler et de vivre en toute sécurité en équipant toutes les prises électriques et fils électriques de dispositifs de sécurité, en veillant à toujours tourner les poignets de casseroles vers l’intérieur des plaques de cuisson, en lui interdisant de s’approcher du barbecue…

Je vous conseille également de ne pas laisser vos enfants sans surveillance lorsqu’ils sont dans la baignoire pour éviter les noyades. Lorsque les appareils électriques comme la friteuse ou la bouilloire sont en marche, vous devez surveiller les enfants pour éviter les brûlures et tous autres accidents corporels.

Renforcer la sécurité à la maison

Enfin, pour empêcher les accidents des enfants, vous devez également sécuriser l’intérieur comme l’extérieur de votre domicile. En effet, les enfants peuvent bouger dans tous les sens lorsqu’ils commencent à explorer leur environnement.

Ce que je recommande, c’est de bloquer toutes les ouvertures des fenêtres avec des barreaux pour écarter les dangers et les accidents graves. Vous devez également utiliser des barrières de sécurité sur les escaliers si vous vivez dans une maison à étage. Des chaussettes avec système antidérapant peuvent tout aussi être des mesures de prévention efficaces. Et le plus important, c’est de ne jamais laisser loulou sur la table à langer seul pour prévenir les dangers.

Il existe d’autres comportements que vous pouvez adopter pour prévenir les incidents et les séquelles chez vos enfants comme lui imposer des règles de sécurité ou encore lui apprendre quelques gestes simples. Et si, malheureusement, un accident survient quand même, je vous suggère d’apprendre les gestes qui sauvent votre bébé et au cours d’un atelier de formation.

Et le plus important, c’est d’appliquer les gestes de prévention à la maison. Votre enfant ne fait qu’imiter vos comportements. Si vous, les parents, vous ne respectez pas les règles de sécurité, comment voulez-vous que vos enfants les respectent à leur tour ?

éviter la mort subite du nourrisson

Comment éviter la mort subite du nourrisson ?

Ecrit par | 0 – 6 mois, J'ALERTE, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

Tous les jeunes parents ont peur de la mort subite du nourrisson ou MSN. Il s’agit d’une mort soudaine et inattendue des bébés avant d’atteindre leurs 12 mois. Les moins de 3 mois sont les plus concernés par ce phénomène malheureux. Même si, scientifiquement, la cause de ce décès inattendu du nouveau-né n’est pas encore connue, il est possible de réduire les risques avec quelques réflexes. Toutefois, rassurez-vous ! Afin de protéger votre petit bout au maximum, je vais vous parler des 7 bons gestes à adopter dans cet article.

Les astuces de l’école de secourisme pour éviter la mort subite du nourrisson

Toujours coucher bébé sur le dos

Si avant, les pédiatres recommandaient le coucher sur le côté, ils sont aujourd’hui unanimes. Il est préférable de toujours faire dormir les tout-petits sur le dos. Un bébé qui dort sur le dos a moins de risque de s’étouffer en se retournant tout seul dans son lit.

Ne jamais mettre une peluche près de sa tête

Lorsque bébé est dans son berceau, vous devez impérativement éviter les peluches près de sa tête. En effet, les risques d’étouffement sont plus élevés lorsque nos loulous ont une peluche dans leur literie. Les oreillers sont également déconseillés pour les touts bébés.

Éviter de couvrir bébé avec une couette

Les couettes sont interdits avant 3 ans. Pour éviter la mort subite pendant le sommeil, le mieux est de mettre l’enfant dans une gigoteuse si vous avez peur qu’il prenne froid. Les couvertures peuvent venir sur le visage et causer une asphyxie.

Ne pas utiliser de tours de lit

Les tours de lit sont parfois à l’origine d’une mort par suffocation. Surtout si vous optez pour des matières trop épaisses. Si vous avez trop envie d’utiliser ces accessoires pour lit bébé, je vous conseille de choisir une matière extrêmement légère permettant au tout-petit de respirer correctement lorsqu’il dort.

Fumer à côté de bébé, une erreur à éviter

Vous ne devez jamais prendre une cigarette près de votre enfant. Et encore moins dans la chambre bébé. La nicotine et le tabagisme passif peut être l’une des causes probables d’une mort brutale des bébés de moins d’un an.

Toujours opter pour le bon couchage

Le couchage de votre enfant doit impérativement répondre à son besoin physiologique. Pour les plus petits, vous pouvez opter pour le lit cododo ou le berceau à barreaux. Les plus grands peuvent dormir dans un lit adapté à leur taille.

Faire attention lorsque vous dormez avec bébé

Dormir dans son lit avec son bébé à ses côtés est un moment de pur bonheur pour papa et maman. Cependant, vous devez faire attention au cododo. Vous ne devez jamais faire dormir le tout-petit sur un matelas mou. Un matelas ferme est recommandé.

Et pourquoi ne pas apprendre les gestes pour sauver la vie en cas d’accident ?

Vous savez maintenant comment éviter la mort subite du nourrisson. Et pour apprendre quelques gestes qui peuvent sauver la vie de loulou en cas d’accident, vous pouvez suive une formation aux préventions des risques d’accident chez les bébés avec nos formatrices agréées.

L’insertion d’un objet ou aliment dans le nez d’un enfant : comment réagir ? – les corps étrangers obstructifs

Ecrit par | Enfant, JE SAUVE | Aucun commentaire

Vous n’en pouvez plus. Votre enfant met non seulement tout dans sa bouche, mais également dans son nez. Cela est presque devenu un jeu pour lui…Il a déjà essayé d’enfoncer un petit-pois dans son nez, puis un autre jour, un bouchon de stylo qui traînait, ou encore, un pinceau dans le nez de papa. Il a besoin d’explorer, certe, mais cela peut devenir dangereux. La prévention passe principalement par l’éviction des objets dangereux de l’environnement de l’enfant.

 

Alors, si l’objet se coince dans son nez, que faire ?

 

L’introduction de corps étrangers dans les voies naturelles est fréquent, lié à la curiosité de l’enfant, et ça, jusqu’à 3 ou 4 ans, voire plus. La plupart du temps, l’ingestion par le nez est sans gravité et l’objet peut-être facilement retiré, sans risque pour l’enfant. Mais si ce n’est pas le cas, il convient de lui demander de se moucher (à faire uniquement si l’enfant est capable de bien se moucher). En effet, le corps étranger peut-être expulsé par un éternuement ou en soufflant fortement. Pour les très jeunes enfants, cette étape n’est pas recommandée.

 

Votre enfant a introduit un objet dans son nez et n’arrive pas à l’extraire en se mouchant ?

 

Tout d’abord, il faut savoir qu’un corps étranger dans le nez de votre enfant peut être dangereux pour deux raisons. La première raison est qu’un objet ou un aliment qui reste bloqué dans le nez de l’enfant peut provoquer une infection. La seconde raison est que cela pourrait aussi induire un étouffement dans le cas où le corps étranger est aspiré. L’objet peut migrer et se loger dans l’appareil respiratoire. Ce dernier cas est rare. Pour éviter l’un ou l’autre situation, il est nécessaire que vous agissiez afin de retirer l’objet et, si cela ne fonctionne pas, il faudra emmener l’enfant voir un spécialiste ou l’emmener aux urgences.

Faut-il contacter le médecin ?

 

Il sera inutile de contacter le médecin dans le cas où vous parvenez à extirper l’objet du nez de l’enfant.

Si vous n’arrivez pas à retirer l’objet aux premières tentatives, il ne faut pas insister au risque d’enfoncer plus profondément dans le nez de l’enfant le corps étranger. Vous allez certainement provoquer des blessures au niveau de la muqueuse du nez en insistant. L’intérieur du nez est assez fragile.

Dans le cas où l’objet est très peu visible et que vous n’arrivez pas à le sortir malgré vos tentatives, n’hésitez pas à conduire votre enfant chez un oto-rhino-laryngologiste (O.R.L.). En effet, ce spécialiste s’occupe du diagnostic et du traitement des troubles touchant le nez, les oreilles et la gorge. Il est le mieux placé pour retirer le corps étranger du nez de l’enfant. D’ailleurs, il dispose des instruments et de l’habileté nécessaires. Ce spécialiste possède tous les moyens utiles à cette intervention.

 

Autres conseils utiles

En ce qui concerne la réaction de l’enfant, il faut éviter qu’il mette le doigt dans le nez pour éviter de l’enfoncer. Demandez une aide médicale d’urgence en composant le numéro approprié, si votre enfant a des difficultés à respirer. Appelez immédiatement le 15 ou allez aux urgences si votre enfant s’est mis une pile bouton dans le nez, car les produits chimiques qu’elle contient pourraient couler et le brûler gravement.

chute de l'enfant

Que faire en cas de chute de bébé ?

Ecrit par | 0 – 6 mois, 7 – 12 mois, Enfant, J'ALERTE, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

Juste un petit moment d’inattention, et boom, bébé est tombé de la table à langer ou de sa poussette ! C’est la panique, parce que nous, parents, ne savons pas quoi faire, comment réagir, faut-il l’emmener aux urgences. Voici les bons réflexes à avoir en cas de chute de bébé.

 

Garder son calme en tout temps

 

Lorsqu’un bébé commence à se retourner ou à ramper, il lui arrive souvent de faire une chute, que ce soit dans sa chambre ou dans d’autres pièces de la maison. Ce qui arrive d’habitude au moment de changer sa couche : juste le temps de vous retourner pour mettre la couche sale à la poubelle et il se trouve par terre, la tête tombée en première. C’est tout à fait normal d’avoir peur à ce type de chute.

Dans la grande majorité des cas, à moins de 8 mois, il est rare que la chute sur la tête entraîne un traumatisme crânien chez un nourrisson. À cet âge, bébé a une tête bien solide et élastique écartant ainsi les dommages d’une chute grave. Tout de même, il peut avoir de l’hématome ou d’autres blessures. Certaines sont bénignes qu’il est inutile de vous inquiéter, d’autres sérieuses. Encore une fois, il faut savoir prendre votre calme afin d’évaluer la situation.

 

Bien réagir à la chute de bébé

 

D’accord, la première chose à faire est d’évaluer les symptômes. Comment ? Il faut examiner les signes de blessures. Du coup, même si vous êtes sous le choc, ne prenez pas immédiatement votre bébé dans les bras. Évitez aussi de le secouer au risque d’aggraver les choses, surtout s’il a un membre cassé après la chute.

C’est évident que la violence du choc n’est pas pareille si votre bambin est tombé sur du carrelage ou sur de la moquette. Voici les symptômes qui peuvent apparaître à la suite d’une chute de bébé :

  • Même si votre bébé est conscient après être tombé, même s’il ne présente aucune blessure apparente, continuez à surveiller de plus près. Des heures ou des jours qui suivent l’accident, des signes d’alerte peuvent survenir. En cas de pleurs incontrôlés, vomissements, somnolence ou encore convulsions, il ne faut pas attendre pour aller aux urgences.

 

  • Votre bébé a perdu connaissance pendant un petit moment. Après, il reprend ses comportements normaux. Même s’il a l’air bien, il est recommandé de voir un médecin.

 

  • Votre petit chéri a du mal à bouger une jambe ou un bras ou alors il fait un mouvement anormal. Dans ce cas, il faut le prendre sous la tête avec précaution, en tenant bien son bassin et ses membres. Il est nécessaire d’appeler les urgences pédiatriques, notamment le Samu qui peut vous conseiller s’il est nécessaire de faire immédiatement un scanner.

 

C’est tellement dur de gérer un accident domestique. La prévention est le meilleur moyen de limiter les chutes de bébé. Ne laissez jamais votre petit loup seul sans surveillance lorsqu’il est sur un lit d’adulte ou sur le canapé. Tenez-le d’un bras s’il se trouve sur la table à langer, sinon mettez-le au sol, c’est plus sécuritaire. Si vous avez les moindres doutes, nous sommes en mesure de vous proposer des accompagnements personnalisés pour ne plus vous inquiéter en cas d’accident.

 

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

QUI APPELER EN CAS D’URGENCE POUR MON BÉBÉ OU MON ENFANT ?

Photo de Dominika Roseclay provenant de Pexels

Sauver ses enfants, ça s’apprend. Vous allez adorer le secourisme pour les parents !

Ecrit par | Enfant, JE PROTEGE, JE SAUVE | Aucun commentaire

Soigner les petits bobos. Devenir le ou la spécialiste des chutes. Conseiller les autres parents. Parler prévention et secourisme aux grands parents. Et si la prévention et le secourisme nous permettaient de vivre plus sereinement notre vie de parents. Et si la prévention et le secourisme nous permettait de gagner en confiance en soi. Quel bonheur de savoir agir rapidement et efficacement dans toutes les circonstances. Ces moments de stress pourront alors devenir un moment de complicité avec son ou ses enfants.

Voici 4 clés pour devenir des parents secouristes :

 

  • Accidents domestiques : se poser les bonnes questions pour être prêt à toute éventualité

“Maman, bobo”, “Papa, hugo est tombé sur la tête”, “Mamie, j’ai avalé une bille”, “Maman, je me suis brûlé”, la liste est longue. 2000 accidents domestiques sont recensés chaque jour en France (source : INPES).  Les bobos font partis de notre quotidien de parents ou grands parents. Dans la majorité des cas, ces blessures sont sans conséquence. Notre rôle est de soigner son enfant, le rassurer et trouver les bons mots pour éviter que cela se reproduise. Mais pour réagir sans stress et ne pas stresser son enfant au quotidien par peur de la douleur ou de la perte de son enfant, il est nécessaire de connaître les urgences vitales. Pas besoin de se dire “cela n’arrivera pas chez nous”, “c’est extremement rare” ou encore “ça n’arrive qu’aux autres”, il est important de les connaître et c’est tout. Pourquoi ? Parce que des gestes simples de secourisme permettront de sauver plusieurs vies. Celle de la petite victime. Et également celles de sa famille ou encore de ses amis. Et ces gestes s’apprennent partout en France.

  • Les 4 urgences vitales – 3 minutes pour agir

Les 4 urgences vitales sont :

Toutes ces urgences doivent être maîtrisées et peuvent être apprises lors de formation de secourisme. Des mannequins de secourisme vous permettront de vous entraîner efficacement. Les gestes de premiers secours s’apprennent également pour les bébés.

 

  • Partager son expérience avec d’autres parents

Un risque connu = un risque évité. Lors de nos formations en secourisme dans notre école, de nombreux parents, futurs parents, grands parents et professionnels de la petite enfance viennent se former ou recycler leurs gestes. Ce moment de formation et de partage permet de partager toutes nos expériences de parents et ainsi pratiquer sur des situations vues ou entendues. Les parents mémorisent beaucoup mieux parce que les situations sont concrètes. Les ateliers sont ludiques. Les gestes de premiers secours s’effectuent sur des mannequins de secourisme en couple ou par équipe. Vous aussi de votre côté, n’hésitez pas à partager ces moments là pour trouver des solutions.

 

  • S’entraîner pour devenir de super parent secouriste (ou grand parent secouriste)

Quoi de mieux que l’entraînement pour ne pas perdre la main. Pas sur vos enfants bien sûr. Mais peut-être pourriez vous prendre quelques secondes pour vous demander comment agir en cas de saignement ? ou en cas de brûlure par exemple ? Et, seul(e), en famille, ou même avec vos enfants, vous pourrez inventer des situations d’urgence pour être sûr que vous avez tout le nécessaire à la maison et que vous sachiez réagir immédiatement. Pour les entraînements à l’extérieur, ces exercices vous permettront peut être de compléter votre trousse de secours. Et, pour le secourisme, de nombreuses formations existent partout en France. Les formations PSC1 sont des formations proposées à tous par de nombreuses structures. Et à Marseille, Aix en Provence et alentours, nous vous proposons des formations prévention et secourisme uniquement entre parents et futurs parents avec une thématique précise : les bébés et les enfants.

 

Et vous,  que souhaiteriez-vous apprendre pour être plus serein au quotidien avec vos enfants ?

 

 

Le secourisme pour les enfants : 3 exercices qui peuvent sauver une vie

Ecrit par | Enfant, J'ALERTE, JE PROTEGE, JE SAUVE | 2 commentaires

Aujourd’hui, je vais vous parler de prévention et secourisme pour les enfants.

L’année scolaire se termine bientôt. Je forme les derniers enfants au secourisme dans les écoles maternelles, primaires et au collège.

Léa, 3 ans 1/2, me raconte que son grand frère s’est brûlé.

Sophie, en CM2, veut absolument apprendre à utiliser un défibrillateur semi-automatique.

Les enfants connaissent les numéros des secours. Mais, au moment où je m’allonge pour imiter une victime inconsciente, aucun n’arrive à appeler les secours avec mon téléphone verrouillé ( et oui, le seul téléphone disponible est le mien. Et ils ne connaissent pas le code pour le déverrouiller). Comment faire ?

Les vacances arrivent bientôt. Et si, vous aussi, vous profitiez de ces moments privilégiés avec votre enfant pour lui apprendre quelques règles de base pour (se) protéger, alerter et apprendre à sauver ?

 

QU’EST CE QUE LE SECOURISME ?

Oui commençons par le commencement. C’est quoi le secourisme ? Quand je discute avec certaines personnes, certains retours sont surprenants. Le secourisme ne s’apprendrait pas. Il s’acquière uniquement avec l’expérience.  Et si je vous disais que le secourisme est une discipline à part entière. Et , comme le sport, seul l’entraînement permet d’être performant et efficace. Selon google, le secourisme est “méthode de sauvetage, technique des premiers soins à dispenser aux victimes d’accidents, aux blessés, etc”. Une technique, une méthode donc.

 

Cette technique se décompose en 3 parties : prévention et protection, l’alerte et les secours.

1 – PRÉVENTION ET PROTECTION

La prévention et la protection d’abord !

Le premier jeu à réaliser avec son enfant est d’apprendre à protéger. A protéger qui ? Lui même, les potentielles autres victimes et enfin la victime elle même. Comment ?

  • en comprenant l’environnement qui nous entoure. Prenons l’exemple de l’orage. Se protéger de la foudre est possible en comprenant qu’il ne faut pas constituer une cible pour la foudre. Ou en évitant les les situations qui risquent de créer une différence de potentiel électrique entre deux parties du corps (j’écrirai prochainement un article sur ce sujet là).
  • en connaissant les règles de sécurité
  • en connaissant les pictogrammes qui indiquent les produits dangereux
  • etc.

Veiller à sa sécurité à la maison, dans la rue, à l‘école ou dans la nature s’apprend dès le plus jeune âge. Il s’agit de veiller à sa santé de façon générale.

 

Et vous, prenez-vous des moments avec vos enfants pour leur parler prévention et sécurité, en famille ?

Laisser les parler, écouter les, et vous allez vivre de moments passionnants car ils savent beaucoup de choses…vraiment beaucoup et leur questionnement est très intéressant.

Au plaisir de vous lire,

Elodie, Maman secouriste

2 – L’ALERTE

Le deuxième jeu est de faire semblant, en famille, d’appeler les secours.

 

Allo bobo ? à l’aide ! Qui appeler quand je suis à la maison ? Qui appeler quand je suis seul(e) ? Comment appeler ? Avez-vous essayé avec votre enfant d’appeler les secours ? De temps en temps, des articles de presse nous expliquent qu’un enfant de 3 ans a appelé les secours car papa ou maman était inconscient dans le salon. Et oui, c’est possible, à condition que votre enfant a déjà vu faire et a déjà testé votre téléphone. Les enfants plus grands sont capables d’appeler facilement les secours. Vous pourrez aller plus loin pour qu’il puisse informer efficacement les secours.

3 – SECOURIR

Le troisième jeu consiste à secourir. Dans quel cadre ? En cas d’urgence vitale ( étouffement total, hémorragie, inconscience avec une victime qui respire, inconscience avec une victime qui ne respire pas), brûlure, d’électrisation, de saignement abondant, d’inconscience, d’arrêt cardiaque, les traumatismes, etc. Les sujets sont vastes. Du matériel de secourisme peut être nécessaire.

POUR ALLER PLUS LOIN

L’essentiel de l’APS – Apprendre à porter secours : https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Action_sanitaire_et_sociale/31/0/APS_brochure2006_116310.pdf

POUR CONCLURE

Ma vie de maman secouriste me permet de former les enfants dans les écoles (ou en petit groupe dans des espaces ludiques) ainsi que mes enfants. J’ai beaucoup de chance de vivre ces moments de formation. Les enfants apprennent à une vitesse incroyable. Ils sont très demandeurs d’ateliers de secourisme car c’est des sujets qui leurs parlent. Ils aiment en parler entre eux. Parler de leurs vécus. Et apprendre comment agir. En tant que parent, nous ne trouvons pas toujours le bon moment pour en parler. Quand nous le faisons, c’est souvent en cas d’urgence, et l’enfant est moins réceptif émotionnellement. Programmer un moment secourisme ludique en famille est un excellent moyen de joindre l’utile à l’agréable.

Et vous, comment faîtes-vous pour initier vos enfants à la prévention et au secourisme au quotidien ?

Elodie, maman secouriste passionnée

Fondatrice de l’école de secourisme et formatrice PSC1 et SST.

 

Apprenez les gestes de premiers secours adaptés aux bébés

Ecrit par | 0 – 6 mois, 7 – 12 mois, Enfant, JE SAUVE | Aucun commentaire

Apprenez les gestes de premiers secours adaptés aux bébés.

 

De nombreux parents se trouvent démunis face aux urgences, vitales ou ressentis. Pourtant, de gestes simples peuvent sauver une vie, celle de son enfant ou celle des autres. Ces gestes de premiers secours s’apprennent.

 

Quels sont les gestes de premiers secours à connaître lors que nous sommes jeunes parents ?

Les quatre gestes à connaître en priorité sont les gestes à utiliser en cas d’urgence vitale:

  • Un bébé s’étouffe totalement
  • Une petite victime est inconsciente et respire
  • Un nourrisson est inconscient et ne respire pas
  • Un bébé saigne abondamment

 

Tout d’abord, l’étouffement total. Les secours mettent environ 12 minutes, en France, avant d’arriver après la réception de l’alerte. Un enfant qui présente une obstruction des voies aériennes ne peut attendre 12 minutes avant d’être secouru. Ce sera vous, le premier maillon de la chaîne des secours, à intervenir.

Par ailleurs, la deuxième urgence vitale est l’arrêt cardiaque. Un enfant sera inconscient et ne respirera plus. Ceci peut se produire suite à une noyade, un intoxication ou pour une autre raison. Il faudra alerter le plus rapidement les secours. Et intervenir immédiatement. Chaque seconde compte. Un nourrisson pris en charge immédiatement pourra avoir aucune séquelle par la suite.

La troisième urgence vitale concerne l’inconscience. Un bébé inconscient qui respire devra être mis sur  le côté pour dégager les voies aériennes en attendant les secours. Cette position permettra à tous les liquides de s’écouler sur le côté par la bouche.

Enfin, les saignements abondants d’un bébé, ou hémorragie, sont signes de gravité. Le geste de premiers secours est la compression. Il va falloir agir immédiatement et arrêter le saignement. 250 millilitres de sang circulent dans le corps d’un nourrisson. 3 litres dans le corps d’un enfant.

Quelles autres situations doit-on connaître lors qu’on a un bébé ?

D’autres situations peuvent arriver telles que les convulsions fébriles, les spasmes du sanglot, les brûlures, les intoxications ou d’autres accidents de la vie courante.

 

Où se former à Marseille et dans les Bouches du Rhône ?

Des initiations vous sont proposées à Marseille et Aix en Provence sur notre site www.lecoledesecourisme.com. Ces initiations ont pour objectif de vous initier aux gestes de premiers secours. Par la suite, vous aurez la possibilité de vous entraîner quand vous le souhaitez grâce à des sessions de recyclages/ approfondissement proposées régulièrement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon enfant s’étouffe. Comment réagir face à une fausse route ?

Ecrit par | Enfant, JE SAUVE | Aucun commentaire

Étouffement, fausse route des bébés et des nourrissons. Comment éviter l’obstruction totale des voies aériennes ?Quels sont les gestes à réaliser ? Formation à Marseille.

 

Mon bébé ou mon enfant s’étouffe.

Comment réagir face à une fausse route ?

 

Chaque parent est régulièrement confronté à des étouffements partiels. Par exemple, l’enfant avale de travers et tousse. Une fausse route, partiel ou total, arrive principalement lorsque l’enfant mange ou, pour les enfants plus petits, lorsque l’enfant met un objet à la bouche.

Parfois, cette obstruction peut s’avérer totale Les mouvements de l’air entre l’extérieur et les poumons s’interrompt. La vie de l’enfant est rapidement mise en danger en l’absence de geste de secours immédiat et efficace. En effet, les poumons, suite à une obstruction totale, ne sont plus alimentés en oxygène. Il va donc falloir agir immédiatement et efficacement en attendant les secours.

Comment reconnaître un étouffement total ?

La petite victime :

  • ne peut plus parler crier, tousser ou émettre aucun son.
  • garde en général la bouche ouverte,
  • de plus, elle devient rapidement bleue puis elle perd connaissance.

La cause de l’obstruction totale des voies respiratoires

 

L’obstruction se produit généralement lorsque l’enfant/bébé est en train de manger ou si cet enfant a mis un objet dans la bouche. L’aliment ou objet va en direction des voies respiratoires à la place de se diriger vers les voies digestives.

Comment agir pour sauver son enfant ?

Le délai moyen d’intervention entre la prise d’appel et l’arrivée des secours se situe  aux alentours de 13 minutes en France.

Or, l’enfant n’ayant plus d’oxygène dans le cas d’un étouffement total, nous ne pouvons attendre une dizaine de minutes sans rien faire. C’est pourquoi, cette urgence vitale nécessite une action immédiate. Comment ? en effectuant les gestes de premiers secours.

Selon le référentiel de secourisme:

“en présence d’une victime présentant une obstruction totale” :

  • Tout d’abord, donner des claques dans le dos
  • Puis, si cela ne fonctionne pas, réaliser des compressions en cas d’inefficacité d’inefficacité des claques dans le dos
    • Au niveau abdominal s’il s’agit d’un adulte ou d’un enfant
    • Au niveau thoracique s’il s’agit d’un nourrisson, d’un adulte obèse ou d’une femme dans les derniers mois de sa grossesse
  • Puis, répéter le cycle claques dans le dos et compressions
  • Enfin, interrompre les manœuvres dès l’apparition de cris ou de pleurs la reprise de la respiration le rejet du corps étranger.”

Chaque parent secouriste devra donner l’alerte le plus rapidement possible.

En cas d’urgence vitale, réaliser les gestes de premiers secours immédiatement sont indispensables et permettent de sauver des vies. 

Vous trouverez ici les dates des prochaines formations à Marseille et à Aix en Provence. 

L’école de secourisme pour les parents et les enfants

La vie des parents est intense. Nous anticipons toutes les situations qui peuvent porter préjudice à nos enfants: un chocolat brûlant, un mur trop haut, un morceau trop gros, etc. Nous nous posons beaucoup de questions par rapport à la sécurité de nos enfants et c’est normal. Bien qu’il y ait quantité de raisons d’être inquiet, les solutions que j’ai trouvé afin d’être plus sereine au quotidien sont l’entrainement aux gestes de premiers secours sur des mannequins de secourisme ainsi que la compréhension de l’évolution de mes enfants et du monde qui nous entoure.

Excellente journée et bonne lecture,

Elodie, fondatrice de l’école de secourisme pour les parents et les enfants.